Ecoutez Radio Sputnik
    Turkish and EU flags

    L’OCS-Turquie, un bluff ou une alternative réelle à l’UE?

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    26301

    La récente déclaration de Recep Tayyip Erdogan sur les perspectives de l’adhésion de son pays au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) occupe toute l’attention de la communauté turque. S’agit-il d’une nouvelle spéculation ou bien d’une perspective bien réelle.

    « Le Brexit peut se propager, de telles voix s'élèvent en France et en Italie. Dans de telles conditions la Turquie doit garder son calme. Pourquoi ne pas devenir un membre de l'OSC ? », a déclaré le président turc à la veille de son déplacement en Ouzbékistan.

    La Turquie ne peut plus attendre

    Vu que la Turquie attend depuis un bon moment aux portes de l'Union européenne, l'adhésion à l'OCS serait un « pas positif », considère le député turc Fevzi Şanverdi, adjoint au président du Parti de la justice et du développement (AKP) pour les questions de politique étrangère.

    « Ceci fait presqu'un demi-siècle que nous sommes debout devant les portes de l'Union européenne, comme une fiancée. Et aujourd'hui nous disons : "Soit on légitime notre union, soit ces fiançailles seront rompues". Ce flou peut durer jusqu'à 60 ans. L'Europe doit prendre la décision définitive », a-t-il expliqué dans un commentaire à Sputnik.

    Et d'ajouter que si la Turquie adhérait à l'OCS elle pourrait agir plus librement, au sein de cette structure le pays verra ses perspectives plus clairement.

    « Personne ne peut faire attendre la Turquie devant ses portes pendant 60 ans, personne n'a ce droit. Pour cela je considère que l'éventuelle adhésion de la Turquie à l'OCS sera une démarche très positive et importante », a-t-il souligné.

    L'UE doit définir clairement sa position vis-à-vis de la Turquie, considère M. Şanverdi.

    « À côté de qui se dressera aujourd'hui l'UE ? À côté des terroristes qui menacent l'unité de la Turquie ? Ou à côté d'un pays solide, membre de l'Otan qu'est la République turque ? La Turquie ne va plus attendre. S'ils fixent le délai au Nouvel an, il ne faut pas qu'il y ait un délais », a pointé l'homme politique.

    Et de pointer qu'il y a un an, lorsque la France a été exposée à la menace terroriste, tous les leaders internationaux se sont rendus à Paris pour participer à une marche de solidarité à Paris, y compris le président Erdogan. Toutefois, depuis le début de l'année 2015, la Turquie a perdu 300 de ses citoyens dans des attentats.

    « Un président ou un ministre européen, a-t-il (…) apporté son soutien ? Comment peut-on admettre de tels doubles standards dans les relations ? Désormais la Turquie est un pays qui prend ses décisions par lui-même, surtout lorsqu'il s'agit des intérêts nationaux », a-t-il souligné.

    Ankara doit choisir

    Recep Tayyip Erdoğan
    © AP Photo / Rebecca Blackwell
    Le co-président du Centre des recherches russo-turques (TÜRAM) Aydın Sezer souligne pourtant que l'adhésion de la Turquie à l'OCS n'est possible que si Ankara met fin à ses relations d'alliance avec l'Occident, car conjuguer sa coopération avec l'UE, l'Otan et l'OCS n'est pas possible rien qu'au point de vue technique.

    Selon l'expert, il est absurde de comparer l'Union européenne à l'OCS, cette dernière, contrairement à l'UE, n'imposant pas un cadre rigoureux à ses pays membres et accordant plus d'attention aux questions de sécurité.

    « L'UE exige de la part des pays membres, des pays candidats et des États de l'alliance occidentale d'opérer une série de changements dans leur politique intérieure et d'entreprendre, parallèlement à l'Europe, des démarches au nom des principes qui forment les valeurs européennes et la civilisation occidentale. Ceci entraîne des transformations structurelles. (…) Au sein de l'OCS, les pays maintiennent leur souveraineté. Mais les membres de l'UE doivent (…) agir dans le cadre des valeurs occidentales perdant sur certains volets leur droit à la souveraineté. Je pense que c'est ce qu'entend Erdogan en parlant de la "liberté d'action au sein de l'OCS" », a-t-il conclu.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Erdogan envisage un référendum sur l’adhésion à l’UE
    Erdogan attend la décision de l’UE sur l’adhésion de la Turquie
    Erdogan: "l'UE, ce n'est pas le monde entier"
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    Tags:
    politique intérieure, adhésion, intérêts nationaux, Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Union européenne (UE), Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik