International
URL courte
3150
S'abonner

Fatigués de l’enfer qui les entoure, des milliers d'enfants d’Alep ont appelé à cesser les combats acharnés. Leurs lettres de paix ont été larguées sur Alep-Est depuis un hélicoptère.

Il ne s'agit pas d'un nouvel appel aux djihadistes de déposer les armes et de revenir à la vie normale. Chacune de ces lettres raconte une histoire trépidante de la vie des civils dans les territoires qui se trouvent sous un feu interminable.

Rahma Ruby, écolière d'une médersas de la ville, a envoyé l'une de ces 6 000 lettres. « Mon frère a servi dans l'armée syrienne. Une balle de sniper l'a frappé et a traversé son cœur. Nous l'avons enterré, mais nous ne pouvons pas oublier », écrit la fillette.

Avant la guerre, la médersa se trouvait dans un ancien palais d'Alep, dans le quartier respectable d'al-Aqar Cub. Mais avec l'arrivée des terroristes, la plupart des professeurs et étudiants se sont échappés, et pas seulement parce qu'ils avaient peur des combats. Le fait est que les terroristes ont déclaré ennemis les musulmans chiites et alaouites, nombreux en Syrie.

Fatima et Rahma, qui ont aussi envoyé une lettre, sont issues de familles sunnites, mais les militants ont massacré leurs proches. Le cousin de Fatima a été tué, et sa mère, folle de chagrin, a failli se suicider. Le frère de Rahma a également perdu la vie il y a trois ans.

Rappelons que les extrémistes occupant l'est d'Alep se servent de civils comme de boucliers humains. Bien que des couloirs humanitaires aient été ouverts à plusieurs reprises, les extrémistes ont toujours empêché les civils ainsi que les combattants désireux de rendre les armes de les emprunter procédant même à des exécutions en public.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Ce qui pousse les enfants syriens à rejoindre les rangs des terroristes
Daech recrute des enfants autour de Mossoul
Les enfants tués à Alep, grands oubliés des médias occidentaux
Tags:
paix, lettre, Alep, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook