International
URL courte
37238
S'abonner

Le Royaume-Uni a rejeté les critiques contenues dans un rapport parlementaire en jugeant que son action en Libye avait « sans aucun doute » permis de sauver des civils.

Le gouvernement britannique a expliqué la participation de Londres dans l'intervention internationale contre le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, qui avait fait entre 5 000 et 10 000 morts selon les estimations des insurgés, par la volonté de sauver les vies humaines.

En septembre dernier, la commission des affaires étrangères du parlement britannique a reconnu que l'intervention militaire engagée par Londres et Paris était basée sur des « des postulats erronés et une analyse partielle des preuves ». Le gouvernement de David Cameron, premier ministre à l'époque, « n'a pas pu vérifier la menace réelle que le régime Kadhafi faisait peser sur les civils », selon la commission.

Dans une réponse écrite commentant les conclusions des députés, le gouvernement britannique affirme que Kadhafi était « imprévisible » et qu'il disposait de « moyens nécessaires pour mettre ses menaces à exécution ». « Ses actes ne pouvaient pas être ignorés et nécessitaient une action internationale résolue », estime le gouvernement.

« Notre objectif est resté clair tout au long de la campagne: protéger les civils et promouvoir la stabilité en Libye », souligne le gouvernement tout en estimant qu'il était « absolument approprié » d'attaquer les sites militaires libyens après l'échec de Mouammar Kadhafi d'appliquer le régime de cessez-le-feu.

Kadhafi a été chassé du pouvoir puis tué lors du soulèvement de 2011. Cinq ans après l'intervention internationale, la Libye est plongée dans le chaos, livrée aux milices formées d'ex-rebelles et affectée par les violences meurtrières qui ont favorisé la montée en puissance du groupe Daech. Le pays est également devenu le point de départ principal de réfugiés de toute l'Afrique vers l'Europe: ainsi, plus de 150 000 personnes ont quitté les côtes libyennes pour trouver refuge en Europe.

Dans leur rapport de septembre, les parlementaires britanniques ont jugé que David Cameron aurait dû savoir que les islamistes radicaux allaient chercher à profiter de la rébellion en Libye.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Libye: 235 000 migrants sur le point de prendre l'Europe d'assaut
L'UE lance la chasse aux bateaux chargés d'armes au large de la Libye
Les dernières armes chimiques ont quitté la Libye
En Libye, les USA répètent leurs mauvais paris d'Afghanistan
Tags:
ingérence, intervention, opération militaire, victimes, hostilités, parlement britannique, Mouammar Kadhafi, David Cameron, Libye, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik