International
URL courte
Décès de Fidel Castro (20)
21412
S'abonner

Selon Jean-Marc Ayrault, le patrimoine politique qu’a légué un des plus grands personnages du siècle précédent permet à Cuba d’avancer toujours plus vers la liberté et d’ouvrir le pays aux États-Unis et au monde entier.

La disparition du leader cubain Fidel Castro a tourné une page de l'histoire du XXe siècle, stipule le communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

« Cette page avait été marquée par l'espoir de l'émancipation et la déception d'un système qui ne respectait pas les droits de l'Homme », a estimé le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault dans le communiqué.

Selon lui, le dialogue entre les États-Unis et Cuba, qui avait ouvert la voie à la levée de l'embargo américain, doit se poursuivre.

« Je forme le vœu que cette évolution se poursuive, qu'elle s'accompagne d'une ouverture de ce pays au monde et d'une réponse aux aspirations du peuple cubain à la liberté », a noté M. Ayrault, ajoutant que la France, « conformément à ses valeurs, […] est prête à soutenir les progrès en ce sens ».

Le leader de la révolution cubaine est décédé le 25 novembre à l'âge de 90 ans. Le président russe Vladimir Poutine a envoyé ses condoléances au peuple et au gouvernement cubain, saluant la contribution apportée par le défunt dirigeant à la création d'un pays « libre et indépendant ».

Dans les années 1960, Fidel Castro a été l'un des principaux dirigeants de la révolution cubaine qui mit un terme au régime dictatorial du général Fulgencio Batista. Il a défié onze présidents américains et survécu à plus de 600 complots pour l'assassiner, ainsi qu'à une tentative ratée de débarquement d'exilés cubains soutenus par la CIA dans la baie des Cochons en avril 1961. En 2006, il a cédé le pouvoir à son frère Raul après une hémorragie intestinale.

Les États-Unis et Cuba ont annoncé la normalisation de leurs relations fin 2014. En vertu de cette politique, en 2015, le président américain Barack Obama s'est rendu à Cuba pour une visite historique, les deux pays ont également ouvert des ambassades.

Dossier:
Décès de Fidel Castro (20)

Lire aussi:

La fin d'une époque: Fidel Castro, le père de la révolution cubaine, est mort
«Un combattant peut périr, mais pas ses idées»: comment Fidel voyait le monde
Poutine: Fidel «restera pour toujours dans le cœur des Russes»
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Tags:
partenariat, libertés, décès, diplomatie, embargo, CIA, Fulgencio Batista, Jean-Marc Ayrault, Fidel Castro, Raul Castro, Barack Obama, Cuba, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook