Ecoutez Radio Sputnik
    fake news

    Présidentielle US: inutile de chercher la «piste russe» dans les fake news

    CC0 / pixabay
    International
    URL courte
    Résolution du Parlement européen sur la lutte contre les médias russes (32)
    5322

    La théorie selon laquelle des «agents russes» auraient influé sur la propagation des fake news sur l’élection présidentielle aux États-Unis ne résiste à aucune analyse un tant soit peu sérieuse, selon le magazine Fortune.

    Il est inutile de faire passer tout internaute qui a partagé une information inventée pour un membre d'un « complot russe », écrit le journaliste Mathew Ingram, du magazine Fortune.

    Il s'agit notamment de deux études, indépendantes l'une de l'autre, relayées récemment par le Washington Post. Selon ce quotidien, leurs auteurs seraient convaincus que la Russie « aurait utilisé des plateformes technologiques américaines » pour propager des fake news, susceptibles d'exercer un impact négatif sur la campagne électorale d'Hillary Clinton, tout en avantageant son rival Donald Trump.

    L'un de ces groupes est lié au Foreign Policy Research Institute, organisme financé par des adeptes de la « guerre froide », qui composent également la majorité de ses membres. L'autre qui se nomme PropOrNot est inconnu du grand public, pour ne pas dire de tous. Ce dernier groupe a publié une « liste noire » de sites qui auraient diffusé la « propagande russe » parmi les Américains. Ces sites, au nombre de 200, auraient été visités par 15 millions d'utilisateurs aux États-Unis.

    A signaler que Mathew Ingram n'est pas le seul à qui cette liste a paru « louche ».

    « Le WP publie une liste noire rédigée par PropOrNot sans même demander d'où elle provient. Des chercheurs quelconques », s'est étonné Adam Johnson, collègue de M. Ingram.

    Ces « experts » anonymes décrivent des groupes de « trolls » à la solde de Moscou, de ces « idiots utiles » qui partagent des articles pro-russes sur les réseaux sociaux qui ne sont forcément pas contrôlés par la Russie » et cela est aussi, selon lesdits experts, une partie de la « campagne de propagande » russe.

    D'après Mathew Ingram, on pourrait décrire ainsi toute personne qui saute sur des titres à sensation, un comportement qu'on retrouve chez des millions d'internautes.

    Lors de la course électorale à la Maison Blanche, Washington accusait Moscou d'essayer d'influer sur les résultats de la présidentielle. Le président russe Vladimir Poutine a qualifié ces accusations d'hystérie, attisée par les autorités américaines pour détourner l'attention de leurs concitoyens des problèmes effectifs du pays.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Résolution du Parlement européen sur la lutte contre les médias russes (32)

    Lire aussi:

    Les résultats des élections aux USA et en Europe conséquences de la «propagande russe»
    Sans autre forme de procès, l’UE bloque un site russe pour contrer «la propagande»
    "La propagande russe n’est pas plus partiale que la BBC"
    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Tags:
    hystérie, accusation gratuite, président, faux, complot, propagande, Foreign Policy Research Institute, The Fortune, Washington Post, présidence américaine, Mathew Ingram, Donald Trump, Hillary Clinton, Vladimir Poutine, Washington, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik