Ecoutez Radio Sputnik
    Hillary Clinton

    Obama a-t-il poussé Clinton a admettre sa défaite face à Trump?

    © REUTERS / Aaron Josefczyk
    International
    URL courte
    25274

    Le président sortant Barack Obama aurait persuadé Hillary Clinton de «céder» la Maison Blanche à son rival républicain Donald Trump dans la nuit des élections présidentielles, lit-on dans un nouveau livre à paraître sur la défaite de la candidate démocrate.

    Dans un nouveau bouquin à paraître chez Crown Publishing, ses auteurs Amie Parnes et Jonathan Allen lèvent le voile sur la nuit des élections présidentielles aux États-Unis et la défaite inattendue de la candidate démocrate Hillary Clinton, se référant à des sources au sein de la Maison Blanche.

    « Il faut que tu cèdes », aurait dit Barack Obama à son ancienne secrétaire d'État, pendant qu'elle, sa famille et ses principaux adjoints suivaient en direct le recomptage des votes dans les États de la « Ceinture de la Rouille » (Michigan, Wisconsin et Pennsylvanie), écrit le journal The Hill.

    En fin de compte, Mme Clinton a suivi son conseil et reconnu sa défaite face au candidat républicain Donald Trump le lendemain matin.

    Cependant, le conseil de Barack Obama a laissé un goût amer à certains partisans d'Hillary Clinton, persuadés qu'elle aurait dû patienter plus longtemps, ce qui n'a pas tardé à donner lieu à une dispute acharnée entre les camps d'Obama et de Clinton sur la nécessité d'un nouveau décompte des votes dans les États de la Ceinture de la Rouille.

    Tandis que les adjoints de Clinton les plus intransigeants étaient prêt à tenir jusqu'au bout, le conseil de Barack Obama a mis un terme à tous leurs projets, explique le journal.

    « On a longuement discuté du Michigan et du Wisconsin, on se demandait si la situation pourrait se renverser », précise une source citée dans le livre, sous le couvert de l'anonymat. « Les chiffres finaux étaient si proches que Mme Clinton n'aurait sans doute pas téléphoné à Donald Trump sans y être incitée. »

    « Si quelqu'un avait su ce qui s'était effectivement produit cette nuit-là, personne n'aurait cédé (à la demande de Barack Obama, ndlr) », résume la source.

    Rappelons que l'ex-candidate indépendante à la Maison Blanche Jill Stein a officiellement soumis vendredi une demande pour procéder au recomptage des voix de l'élection présidentielle américaine dans le Wisconsin. Jill Stein entend également demander un nouveau calcul des voix en Pennsylvanie et dans le Michigan, deux autres États très disputés qui ont basculé en faveur du président élu Donald Trump le 8 novembre.

    Durant la campagne, les États-Unis ont accusé la Russie d'avoir orchestré des piratages informatiques, comme celui du Parti démocrate, et de systèmes de vote dans plusieurs États, afin d'influencer la course, sans toutefois présenter de preuves tangibles. Des démocrates mettent aussi en doute la légitimité d'un scrutin au cours duquel Hillary Clinton a recueilli deux millions de voix de plus que Donald Trump mais a dû s'incliner faute d'un nombre suffisant de grands électeurs.

    Au total, Donald Trump a remporté 290 grands électeurs contre 232 pour Hillary Clinton, qui n'a jamais contesté les résultats. Elle a perdu le Wisconsin (10 grands électeurs) de 27 000 voix et la Pennsylvanie (20 grands électeurs) de 60 000 voix. Dans le Michigan (16 grands électeurs), l'écart serait de 10 704 voix, selon des chiffres encore non officiels.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Trois ados russes créent un jeu à partir de la course Trump-Clinton
    Les tweets d’Hillary Clinton, eux, sont toujours au top!
    La guerre contre le terrorisme: de Clinton jusqu'à Obama
    Tags:
    élections, Crown Publishing, Hillary Clinton, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik