International
URL courte
Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)
8260
S'abonner

Contrairement aux allégations sur l’«influence» exercée par le président russe Vladimir Poutine sur la course à la Maison Blanche, le fondateur du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP) insiste sur l’impact du Brexit sur l’issue de la campagne présidentielle aux États-Unis.

La victoire du Brexit au référendum du 23 juin dernier a influé sur les résultats de l'élection présidentielle aux États-Unis, est persuadé le fondateur du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), Nigel Farage, l'un des principaux artisans de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Nigel Farage et Donald Trump
© REUTERS / Vincent Kessler, Mike Segar

« Le référendum s'est répercuté sur la présidentielle américaine. D'habitude, ce sont les États-Unis qui influent sur la Grande-Bretagne, mais dans ce cas précis, c'est le Brexit qui a joué un rôle dans la victoire de Donald Trump », a déclaré M. Farage, intervenant lundi à Londres lors de l'élection d'un nouveau leader pour UKIP.

En juin, les Britanniques ont voté pour le Brexit, alors que les résultats des sondages prédisaient le contraire. En novembre, les Américains ont élu le républicain Donald Trump au poste de président des États-Unis contrairement à la majorité des sondages qui prédisaient la victoire de sa rivale, la démocrate Hillary Clinton.

« Le Brexit a directement conduit à la défaite de l'establishment et à l'élection de Donald Trump », a affirmé le chef des « Brexiters ».

Paul Nuttall a été élu lundi à la tête de UKIP en remplacement du charismatique Nigel Farage, dont le départ risque de fragiliser la troisième force politique britannique.

Quant à M. Farage, il s'est depuis longtemps trouvé une nouvelle vocation en soutenant Donald Trump dans sa conquête de la Maison Blanche et en s'affichant ostensiblement à ses côtés.

« À ceux qui pensent que 2016 a été une année horrible, je suis désolé d'annoncer d'autres mauvaises nouvelles à venir. Dimanche prochain, le premier ministre italien Matteo Renzi sera perdant au référendum constitutionnel, alors que l'Autriche pourrait voter pour un président qui voudrait quitter l'Union européenne », a affirmé l'inspirateur du Brexit, en rappelant par ailleurs les élections qui auront lieu l'année prochaine aux Pays-Bas, en Allemagne et en France.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)

Lire aussi:

L'eurosceptique Nigel Farage, premier politicien européen rencontré par Trump
Farage: la crise en Ukraine résulte des tentatives de l'inclure dans l'Otan et l'UE
Crise de l'euro: l'eurodéputé Farage fustige la Commission européenne
Qui peut risquer la mort en consommant du miel? Une nutritionniste répond
Tags:
campagne présidentielle, influence, victoire, Brexit, Présidentielle américaine 2016, UKIP, présidence américaine, Union européenne (UE), Paul Nuttall, Donald Trump, Hillary Clinton, Nigel Farage, Matteo Renzi, Vladimir Poutine, Pays-Bas, Royaume-Uni, Italie, Londres, Autriche, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook