Ecoutez Radio Sputnik
    Euros

    Un référendum italien sur le retrait de la zone euro, c’est pour quand?

    © Flickr/ JT
    International
    URL courte
    16272
    S'abonner

    La question de la sortie de la zone euro est plus que jamais d'actualité en Italie, confrontée à une crise financière et économique. Dans le contexte du référendum sur la réforme constitutionnelle du 4 décembre, le vice-président de la chambre des députés Luigi di Maio, appelle à la tenue d'un référendum sur la sortie de l’Italie de la zone euro.

    En 2015, les militants du Mouvement 5 étoiles (M5S) ont rassemblé plus de 100 000 signatures pour un référendum sur le retrait de l'État de la zone euro. En 2016, le M5S n'est pas encore prêt à abandonner cette idée alléchante : le vice-président de la chambre des députés italien et dirigeant du mouvement, Luigi di Maio, appelle l'Italie et d'autres pays à tenir un référendum sur la sortie de la zone euro.

    « Il n'y a qu'un seul pays, l'Allemagne, qui bénéficie de l'existence de l'euro, tandis que les autres prétendent simplement qu'ils ne subissent pas de dommages », a déclaré M. di Maio dans une interview à RIA Novosti.

    Quand l'euro est apparu, on nous disait : "Vous allez gagner deux fois plus en faisant la moitié du travail". Mais depuis l'adhésion à la zone euro, nous avons déjà perdu 25 % de notre richesse nationale. Néanmoins, nous ne répéterons pas l'erreur de ceux qui nous ont amenés à l'euro. Les citoyens décideront eux-mêmes du sort de l'euro. Et on devra également prendre une décision sur une stratégie alternative », a déclaré le politique.

    En guise d'argument, M. Di Maio a évoqué l'idée d'un économiste lauréat du prix Nobel d'une Europe à deux vitesses. « Il existe une illusion selon laquelle tous les pays de la zone euro doivent progresser à la même vitesse. Mais on n'a pas les mêmes économies et, par conséquent, nous devons passer à des vitesses différentes. Il faudra d'abord se prononcer sur la stratégie de la sortie. Après tout, le référendum sera l'occasion de discuter de cette question », a-t-il déclaré.

    « Nous ne devons pas prendre de décision à la place des citoyens, nous devons leur donner la possibilité de décider eux-mêmes. Je souhaite que d'autres pays de la zone euro tiennent un référendum sur l'avenir de l'euro, comme c'est le cas dans certains pays », a-t-il expliqué.

    Le député a également nié les informations des médias selon lesquels, en cas de victoire des opposants à la réforme constitutionnelle lors du référendum le 4 décembre, le pays sortirait de la zone euro.

    « C'est une de nombreuses prédictions qui servent à provoquer la peur de l'apocalypse. Je crois que ces deux choses ne sont pas reliées entre elles. Si les participants du référendum disent "non" le 4 décembre, la seule chose que nous abandonnerons, ce sera le "renzisme" (la politique menée par le premier ministre italien Matteo Renzi) », a conclu le vice-président de la Chambre des députés.

    Le 4 décembre, les Italiens se prononceront sur la réforme constitutionnelle qui prévoit de mettre fin au bicaméralisme, vise à réduire les pouvoirs du Sénat, qui ne pourra plus renverser le gouvernement (c'est la fin du vote de confiance), et à réduire le nombre de sénateurs (100 élus contre 315 aujourd'hui) qui seront élus non plus au suffrage direct mais par les conseils régionaux, désormais comptables de leurs propres dépenses. De plus, les sénateurs ne devraient plus être rémunérés, ce qui permettra à l‘État d‘économiser quelque 500 millions d'euros.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Les Italiens ignorent les objectifs du référendum sur la réforme de la constitution
    Démocratie à la britannique: le référendum sur le Brexit sera-t-il respecté?
    L’Ecosse projette un nouveau référendum sur l'indépendance
    Tags:
    zone euro, Europe du Sud, Italie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik