Ecoutez Radio Sputnik
    French passport

    On lui refuse la nationalité française, il se donne la mort

    © Photo. pixabay.com
    International
    URL courte
    18252
    S'abonner

    Faut-il vraiment tout miser sur ses rêves? Et en cas d’échec, ne vaut-il pas mieux essayer encore et encore afin de parvenir à ses fins? Le Russe qui s’est suicidé car il n'était pas parvenu à se faire naturaliser français ne semble pas s’être posé ces questions…

    Le Russe Andreï Zolotouhine s’est suicidé, son rêve de devenir Français ne s'étant pas réalisé. 

    Rêvant de se faire naturaliser en France, ce Moscovite de 44 ans a même changé son nom pour prendre celui de René Dastin qui sonnait plus « à la française ». Ces dernières années, l’homme a économisé pour son déménagement mais il y a six mois tout l’argent qu’il a amassé a été volé. Une voisine interrogée par la police a dit qu’il avait toujours été solitaire.

    Suite à cet incident, il a fait une dépression dont il n’est plus jamais sorti. 

    Le corps de l’homme a été retrouvé par sa mère qui habitait à Saint-Pétersbourg. Elle a reçu un texto d’adieu de la part de son fils et aussitôt et s'est aussitôt rendue chez lui.

    « Je demande de n’inculper personne de ma mort, je pars vers le nirvana et je lègue toute ma propriété à ma mère et à mon père », a-t-il écrit dans sa lettre de suicide.  

    Ensuite, il s'est porté deux coups de couteaux au cou et a trouvé la mort suite à une forte perte de sang.

    Une enquête pour établir si l’homme avait pris des médicaments spécifiques avant sa mort a été ouverte.


    Lire aussi:

    La nationalité française, "plan B" pour les Britanniques opposés au Brexit
    Attentat déjoué en Allemagne: suicide «impensable» du suspect dans sa cellule
    Syrie: un double attentat suicide à Hama fait plusieurs victimes
    L’acteur Steven Seagal obtient la nationalité russe
    Tags:
    Saint-Pétersbourg, déménagement, rêve, passeport, Andreï Zolotouhine, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik