Ecoutez Radio Sputnik
    Ukraine. Tirs de fusées. Archive photo

    Kiev entame des tirs près de la Crimée

    © AP Photo/ Andrei Kanyshchev
    International
    URL courte
    344132436

    Kiev déclare avoir amorcé des tirs d’exercices tout près de la péninsule de Crimée. Les autorités russes se disent prêtes à riposter dans le cas où ces tirs présenteront une menace, les navires russes et le système de défense aérienne étant prêts à abattre les missiles du pays voisin.

    Moscou a l’intention d’abattre les missiles ukrainiens aux environs de la Crimée si les manœuvres de Kiev constituent une menace pour la sécurité de la péninsule, lit-on dans le journal Vedomosti citant le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    Selon lui, un tel avertissement faisait partie de la note militaire diplomatique que les autorités russes ont envoyée à Kiev, indique le journal.

    Jeudi, les militaires ukrainiens ont déclaré avoir commencé des essais de missiles sol-air de moyenne portée tout près de la péninsule criméenne. Les tirs de missiles sont prévus pour les 1er et 2 décembre dans le sud de l'Ukraine. Auparavant, les autorités ukrainiennes avaient publié une « notification aérienne » qui établit les zones de la mer Noire qualifiées de « dangereuses pour les vols ». Kiev y a inclus les eaux internationales et une partie du territoire russe au sud-ouest et au sud-est de la Crimée.

    La note russe remise à l’attaché chargé des questions de la défense de l’ambassade ukrainien en lien avec les tirs ukrainiens indique que les frontières de la « zone dangereuse établies par la partie ukrainienne viole les frontières des eaux territoriales russes et constitue une violation du droit international et de la loi russe ».

    Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié les actions de la Crimée de provocation destinée à susciter une réaction dure de la part de Moscou.

    Pour renforcer la sécurité de la péninsule de Crimée, la Russie a dernièrement annoncé son intention d’y déployer un nouveau système de missiles de défense côtière russe K-300P Bastion-P pour remplacer celui transféré auparavant en Syrie. Le bataillon déployé comprendra 10 véhicules, y compris quatre lanceurs automoteurs dont chacun porte deux missiles anti-navires supersoniques P-800 Oniks.

    Les navires de la flotte militaire de la mer Noire qui ont occupé des positions à l'ouest de la péninsule pour la durée des exercices sont prêts à riposter à l’éventuelle menace de la part des forces armées ukrainiennes.

    Kiev entame des tirs près de la Crimée
    © Sputnik.
    Kiev entame des tirs près de la Crimée

    Lire aussi:

    En violation du droit international, Kiev effectuera des tirs dans la région de la Crimée
    La Turquie envoie une délégation en Crimée
    Militaires russes kidnappés en Crimée: une «perfidie», selon Poutine
    Tags:
    missiles à moyenne portée (MMP), exercices militaires, tirs, flotte, Dmitri Peskov, mer Noire, Crimée, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • nchab38
      Ces saletés , ils cherchent vraiment la guerre aux Russes et après ils diront
      le contraire , et oui ces idiots ont foutus le bazar chez eux en écoutant les
      sionistes impérialistes , ils sont donc soumis et sous perfusion , ils leurs
      obéissent pour avoir droit à leur perfusion , voilà où ils en sont.....il faut
      continuer à obéir à l'oncle Sam et ses coalisés occidentaux (dont la France)
    • serge.peon-2
      Je lis dans cet article que la zone de dangerosité publiè par Kiev une partie englobe un espace aérien du territoire Russe.
      A ce point c'est très grave puisque volontaire, forcément.
    • Black Dog
      Espérons qu'il n'y aura pas un avion civil dans les environs.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres

    • Alexeï Pouchkov

      Quoique la propagande existe dans les médias occidentaux, dont certains rappellent parfois la Pravda du temps de l’URSS, les élites politiques européennes préfèrent en faire porter le chapeau à la presse russe qui présente une vérité gênante et un point de vue alternatif, d’après un sénateur russe qui a accordé une interview en français à Sputnik.

      473193
    • Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

      Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

      5884
    • Spitak : après le séisme

      À 11h41, le 7 décembre 1988, la région nord-ouest de l’Arménie a été dévastée par un fort séisme. En 30 secondes la ville de Spitak a été détruite.

      2401
    • Des tonnes d’agrumes en don aux habitants d’Alep-Est

      Les fermiers syriens de Lattaquié ont envoyé à Alep un convoi de camions chargés d’agrumes. Ces fruits sont destinés aux civils et aux soldats qui tiennent tête aux extrémistes.

      71569
    • Hagi Hassan Brita

      Brita Hagi Hassan est en visite à Paris depuis dix jours. Qui est celui que l’on présente comme le maire d’Alep, invité par des associations et reçu au Quai d’Orsay ? Est-il en train de "circuler entre différentes capitales pour essayer de continuer sa propagande » comme l'estime Gérard Bapt interrogé par Sputnik?

      212326
    • Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

      Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

      6610153