Ecoutez Radio Sputnik
    Alep-nord, Syrie

    La Russie et l’opposition syrienne négocient sans les USA

    © REUTERS/ Khalil Ashawi
    International
    URL courte
    223952481

    Les représentants de l’opposition syrienne et de la Russie, avec la médiation de la Turquie, mènent des négociations visant à cesser les hostilités à Alep, en contournant Washington.

    Les négociations se déroulent à Ankara, selon quatre représentants de l’opposition qui y participent, lit-on dans le Financial times citant des sources dans l’opposition.

    « Les parties russe et ukrainienne conduisent un entretien sans les États-Unis. Il (Washington) n’est même pas au courant de ce qui se passe à Ankara », a déclaré une source dans l’opposition, sous couvert de l’anonymat. 

    Il ne s’agit pas des premiers contacts de l’opposition syrienne avec la Russie, mais auparavant ce type de négociations n’avait jamais réuni un nombre aussi important de groupes d’opposition.

    Selon le journal, bien que pour le moment les pourparlers n’aient pas progressé, le fait-même qu’ils se tiennent témoigne d’un « changement de dynamique dans la politique au Proche-Orient », où tous les acteurs préfèrent mener le dialogue avec la participation de Moscou, en contournant Washington.

    Ali Sheikh Omar, un représentant de l’autogestion locale, a déclaré qu’un groupe de négociation, qui devrait négocier avec les militaires russes l’interruption des raids aériens, était en train d’être créé.

    Selon lui, il s’agit de pourparlers qui se déroulent directement avec Russie, même si certains participants rejettent le fait de leur tenue, soit refusent de commenter cette question, soit ne précisent pas si les négociations sont directes ou si elles sont conduites par l’intermédiaire de la Turquie.

    Depuis le début de la semaine, l’armée gouvernementale syrienne a délogé les terroristes de l’État islamiques de 16 quartiers de la partie nord d’Alep-est, peuplée par 90 000 habitants. Encore 18 000 civiles syriens ont pu quitter les quartiers de la ville sous-contrôle des djihadistes, a affirmé le chef du commandement opérationnel de l'état-major général de la Fédération de Russie Sergueï Roudskoï.


    Lire aussi:

    Le conflit syrien aurait pu être évité si Trump et Fillon avaient été élus plus tôt
    «La victoire de Trump, un soupir de soulagement pour le gouvernement syrien»
    Assad: le conflit syrien à mi-chemin entre guerre froide et guerre mondiale
    Tags:
    opposition, négociations, Etat islamique, Ali Sheikh Omar, Sergueï Roudskoï, Turquie, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • merlinbzh
      partie russe et ukrainienne ???? russe et syrienne me semble plus juste. Une coquille arrive vite et aussi aux meilleurs. Bravo pour vos articles, c'est toujours un plaisir de les lire
    • un citoyen français
      Le travail sera plus efficace ! Pas besoin de traîtres avec les Syriens et les Russes !!!
    • zroudia
      Cela avance comme un film en accéléré... ces derniers moments... même la France se dépêche... admirons M. Ayrault...!
    • Le Merle
      Ben, vu qu'Obama est sur le départ, les "modérés" se ravisent. Tant mieux pour tout le monde...
    • louisjulia220
      Louis Julia · Université Lumière Lyon 2
      Eh bien, c'est le début! Espérons que cela se reproduira de plus en plus souvent.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres