Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau russe

    L'Europe bientôt prorusse?

    © Sputnik. Andrey Stenin
    International
    URL courte
    293671715

    La victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre semble marquer un tournant majeur dans la politique européenne à l'égard de la Russie, qui devrait faire les beaux jours des relations entre les pays européens et Moscou.

    Le triomphe du candidat à la présidentielle française François Fillon à la primaire atteste sans aucun doute d'un changement dans la ligne européenne à l'égard de la Russie : le rapprochement avec Moscou est dans les cartons et l'Europe ne devrait pas tarder à se mobiliser en conséquence. La politique antirusse traditionnelle, à laquelle les pays occidentaux sont restés fidèles depuis la Guerre froide, doit laisser place à une nouvelle approche — tel est l'avis de la plupart des Européens, partagé par des politiques comme M. Fillon, indique le New York Times.

    Le succès de François Fillon, prônant la levée des sanctions antirusses et la coopération avec Moscou en matière de lutte antiterroriste et de migrations illégales, est placé sur un pied d'égalité avec les résultats sensationnels de l'élection américaine et du référendum sur le Brexit, qui témoignent du fait qu'un important changement est en train de s'opérer, selon James Goldgeier, politologue et doyen de l'École du service international de l'Université américaine de Washington.

    « Toutes les tendances d'aujourd'hui pointent en faveur de l'abandon de la ligne rigoureuse de confrontation avec la Russie et l'acceptation du fait que cette dernière a sa sphère d'influence », estime le politologue.

    Et, bien qu'il soit encore impossible de dire quelle ampleur prendra ce tournant, les récents événements sur l'échiquier politique laissent penser que le processus est déjà en marche.

    La position de François Fillon à l'égard de la politique extérieure est en grande partie traditionnelle pour la France et ressemble au cap de Charles de Gaulle, qui a maintenu les relations d'amitié avec l'URSS au cours de ses deux mandats entre 1959 et 1969. M. Fillon ne pourra pas à lui seul — c'est une évidence — changer la politique extérieure de l'UE, mais il trouvera certainement des points d'accroche avec le président élu américain Donald Trump ainsi qu'avec les chefs d'État nouvellement élus en Europe de l'Est, lesquels ont tous l'intention de changer d'attitude à l'égard de la Russie. Des alliés de poids pour l'éventuel président Fillon dans sa quête de réajustement des liens avec Moscou.

    La politique de Vladimir Poutine, « un pilier pour les valeurs conservatrices » des Européens

    D'après Benjamin Haddad, analyste français de l'Institut d'Hudson basé à Washington, Vladimir Poutine et sa politique sont pour la majorité des Européens un pilier pour leurs valeurs conservatrices et une alternative à l'ordre mondial existant.

    M. Haddad illustre ce changement de sentiment européen par l'exemple suivant : lorsque Nicolas Sarkozy a gagné la présidentielle de 2007, il se prononçait en faveur de la politique pragmatique proaméricaine, mais à l'approche de la primaire de 2016 sa position est devenue beaucoup plus prorusse.

    Trois scénarios possibles

    Un certain nombre de politiques européens, même ceux qui n'appellent pas publiquement à se rapprocher de la Russie, pensent que la position antirusse est trop coûteuse et inutile. Le combat des élites politiques de l'Occident se poursuit dans deux directions : contre les migrants illégaux et le terrorisme et contre la Russie, il est donc fort probable que l'Occident, sous pression des électeurs, se penche sur la nécessité de reconsidérer sa ligne envers Moscou.

    Étant donné que l'influence russe prend de l'ampleur dans le monde, les pays européens se trouvent confrontés à trois alternatives : poursuivre la ligne rigoureuse antirusse, soutenir la Russie ou opter pour un changement d'équilibre global des pouvoirs menant à la levée des sanctions imposées à Moscou et à la reconnaissance de son rôle dans le règlement du conflit syrien, précise M. Goldgeier.

    Fidèle à la première approche au cours des dernières années, l'Europe aura bien du mal à poursuivre cette politique après le Brexit et la victoire de Trump à l'élection présidentielle américain.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    La russophilie de François Fillon effraye l’Allemagne
    Alain Juppé se rapproche-t-il de la Russie?
    Zakharova dévoile ce que la Russie souhaite pour l'Europe
    Moscou nomme une vraie menace à la sécurité de l'Europe
    Tags:
    pouvoirs, positions prorusses, Union européenne (UE), Donald Trump, François Fillon, Vladimir Poutine, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • dadarabe
      Encore faut-il que les français choisissent massivement et sans conteste François Fillon au mois de mai.
    • Darius
      L'Union Européenne voudra devenir «pro-russe» lorsqu'il sera trop tard !
      D'autant qu'elle est largement coresponsable de la situation en Ukraine et en Syrie, avec les É.U.A..
    • Dariusen réponse àdadarabe(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      dadarabe, Peut être, mais lui ne souhaite point sortir de l'O.T.A.N. pour s'allier avec la Russie, contrairement à Marine Le Pen.
    • nchab38
      Je ne sais pas qui alimente tous ces écris sur Sputnik , souvent les LR
      souvent interviennent et raconte ce qu'ils veulent , pour le Moment
      Fillon appartient au parti politique LR et jusqu'à aujourd'hui ont voté
      toutes les sanctions contre les Russes .
      La vérité c"est que Fillon est pro-Européen et mondialiste atlantiste comme
      le sont ses maître de Bruxelles , alors ne vous emballez pas trop vite....
    • capatarate33
      UMPS personne n'est dupe il faut un référendum pur et simple
      ou une belle surprise .
    • Marques rougesen réponse ànchab38(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      nchab38, Les mêmes qui tirent les ficelles de LRPS peuvent changer de stratégie si la confrontation ne donne rien, et faire ami avec la Russie. Ces gens là n'ont pas d'amitié ou de parole, seulement des intérêts - comme la plupart du monde.
      Apparemment un peu de guerre froide est encore au programme, au moins en apparence, ça fait vendre des armes, et permet de pousser les arabes à se massacrer entre eux en Syrie, Irak, Libye, comme ils le faisaient il y a 40 ans entre Iran-Irak, ou contre lsraeI etc pendant la précédente guerre froide...
    • BRY
      J'en doute,nos merdias sont à cent à l'heure.Ils ont trouvés un "speudo"soit disant maire d'Alep Est en visite en France qui dénigre d'une façon inimaginable les efforts des Russes et Syriens.C'était à la radio "France infos"hier au soir avec l'aide d'un traducteur.J'étais fou dans mon auto.Véridique.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres