Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    La crise à Alep-Est, conséquence de l'absence de distinguo entre opposition et terroristes

    © REUTERS / Mahmoud Hebbo
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    9340

    La situation à Alep-Est a été provoquée par l'échec de l'instauration d'une distinction entre les groupes armés d'opposition et les terroristes, estime le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    La situation critique à Alep-Est a été provoquée par l'échec de l'instauration d'une distinction entre les groupes armés d'opposition et les terroristes, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ajoutant qu'on avait le sentiment que certains souhaitaient qu'Alep reste sous le contrôle du Front al-Nosra, rebaptisé Fatah al-Cham, ce qui est inacceptable.

    « Dans la partie est d'Alep on observe aujourd'hui le résultat de l'échec des amis extérieurs de l'opposition syrienne d'établir une distinction entre les groupes d'opposition et le Front al-Nosra et ceci, en dépit des obligations que les États-Unis ont acceptées dès janvier 2015, tout en nous assurant qu'ils parviendraient, littéralement en l'espace de quelques semaines, à établir une distinction entre ces groupes en Syrie », a affirmé M. Lavrov, intervenant à la conférence de presse « Méditerranée: dialogue romain ». « Un début de processus politique aurait dû s'ensuivre, ainsi que la résolution des problèmes humanitaires, la participation de divers groupes d'opposition aux pourparlers ».

    Selon lui, la Russie demeure prête à faire des compromis quant au règlement à Alep.

    « Nous avons déjà accepté certains compromis, Staffan de Mistura (l'émissaire de l'Onu en Syrie) a déjà annoncé qu'il proposerait aux militants d'al-Nosra de quitter Alep-Est avec leurs armes. Et nous avons soutenu l'initiative de M. de Mistura, bien que nous soyons contre cette idée, mais nous voulons contribuer au sauvetage des vies à Alep », a poursuivi le ministre. « Nous pensions qu'al-Nosra pourrait sortir d'Alep pour que les combats prennent fin à Alep, pour que la population civile puisse pousser un ouf de soulagement ».

    Le ministre a également fait remarquer que certains pays n'avaient pas accepté l'initiative de l'émissaire de l'Onu.

    « Il me semble que cela a été fait parce que c'était bénéfique pour certains de laisser la partie est d'Alep sous le contrôle du Front al-Nosra, ce qui est bien sûr inacceptable », a-t-il mis en valeur.

    Dans le même temps, la Russie est pleinement déterminée à coopérer avec les États-Unis dans la lutte antiterroriste.

    « Je ne peux pas deviner ce qu'il en sera, je me laisse guider par les faits. Donald Trump a affirmé que la lutte contre Daech et d'autres groupes terroristes en Syrie faisait partie de ses priorités. Quand son équipe se formera, nous y attacherons une attention particulière. Si les États-Unis se focalisent sur la lutte antiterroriste, nous sommes pleinement déterminés à coopérer avec eux ».

    Quant au retrait de Washington de l'accord avec Moscou sur la Syrie, il s'agit d'une grande erreur.

    « Je crois que c'est une immense erreur que d'avoir perdu cet accord », a résumé M. Lavrov.

    L'armée syrienne poursuit une offensive massive des djihadistes à Alep-Est. Selon l'état-major général des Forces armées russes, a percée de l'armée d'Assad avait porté atteinte aux positions offensives des terroristes. Grâce à l'opération des troupes gouvernementales, plus de 18 000 civils ont pu quitter les zones d'Alep contrôlées par les terroristes.

    Selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, dans la soirée du 28 novembre, l'armée gouvernementale syrienne a libéré des terroristes plus de 40 % de la superficie totale d'Alep-Est.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    Alep: la Russie et l'Iran main dans la main pour une opération humanitaire
    Terrifiés, les chefs de l’opposition ordonnent de tirer sur les civils quittant Alep
    La Russie propose quatre couloirs humanitaires pour Alep-Est
    La vraie inquiétude: Alep ou Mossoul?
    Tags:
    distinguo, extrémistes, opposition, terrorisme, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, Alep-Est, Alep, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik