Ecoutez Radio Sputnik
    Site du groupe Fancy Bear

    Des centaines d’athlètes US de haut niveau autorisés à se doper

    © Sputnik . Pavel Lisitsyn
    International
    URL courte
    Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)
    10325

    Une multitude de sportifs américains participaient à un programme permettant d'utiliser, après autorisation, des produits dopants, selon les courriels de l'agence américaine antidopage USADA piratés par les hackers du groupe Fancy Bears et publiés par le Spiegel.

    Durant les mois qui ont précédé les Jeux olympiques, l'agence américaine antidopage USADA a été submergée de demandes d'ordonnances médicales déposées par des sportifs américains qui se préparaient pour Rio 2016, a annoncé le magazine allemand Der Spiegel, se référant à des fuites mises à sa disposition par les pirates informatiques du groupe Fancy Bear.

    D'après les courriels piratés, il apparaîtrait que de nombreux athlètes américains de haut niveau ont souhaité recourir à ce qu'on appelle le Therapeutic Use Exemptions (TUE), un programme permettant d'utiliser, après autorisation, des médicaments figurant sur la liste des produits dopants pour lutter par exemple contre l'asthme ou les inflammations.

    Selon ces fuites attestant l'abus massif de médicaments avant les Jeux olympiques, les employés de l'USADA avouaient être submergés par l'afflux massifs de demandes d'ordonnances et constataient que la plupart des sportifs qui sollicitaient le TUE ne respectaient même pas les règles, qui stipulent qu'une ordonnance doit être sollicitée au moins trente jours avant utilisation d'un médicament spécifique.

    Ainsi, les athlètes américains ont souvent demandé des ordonnances après avoir commencé à utiliser le médicament, ce qui n'a toutefois pas empêché l'USADA de leur délivrer des TUE.

    Ces dernières années, le nombre de TUE délivrés dans le monde a augmenté de plus de 30%. L'Agence mondiale antidopage (AMA) indique que si en 2014, 897 certificats ont été délivrés, en 2015, il s'agissait déjà de 1 330 ordonnances. Selon Spiegel Online, la plupart des TUE pour cyclistes, athlètes et triathloniens ont été délivrés aux États-Unis (402 ou 583 selon une information précédente).

    Il est à noter que cette fois le groupe Fancy Bears, soupçonné de liens avec les services secrets russes, n'a pas publié sur son site les courriels piratés, préférant les remettre à titre d'exclusivité à un média occidental.

    Auparavant, les documents de ce genre étaient publiés sur le site des pirates informatiques eux-mêmes. Ainsi, le 13 octobre dernier, Fancy Bears s'est mis à publier les documents piratés de l'AMA sur les athlètes utilisant des TUE pour se doper.

    On attribue par ailleurs aux fameux hackers russes des attaques contre les sites du Parti démocrate américain et la publication sur le site de Wikileaks de 20 000 courriers électroniques en rapport avec Hillary Clinton, ainsi que la mise hors service du réseau électronique du Bundestag allemand. On n'hésite pas à attribuer à la Russie tous les péchés du monde, et si Moscou a l'habitude d'être accusé à tout-va par ses partenaires occidentaux, leur imagination va parfois un peu trop loin.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Jeux olympiques de Rio de Janeiro (148)

    Lire aussi:

    Les hackers publient une 7e liste d'athlètes US suspectés de dopage
    Les hackers publient une 5e liste d'athlètes suspectés de dopage
    Dopage: l’AMA supprime une partie du rapport "antirusse"
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    Fancy Bears, courriels piratés, fuites, documents, services secrets, hackers, autorisation, dopage, JO 2016 de Rio de Janeiro, WikiLeaks, Bundestag, Parti démocrate des Etats-Unis, Agence mondiale antidopage (AMA), Agence américaine antidopage (USADA), Spiegel, Hillary Clinton, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik