Ecoutez Radio Sputnik
    Un autre bastion des terroristes à Alep-Est repasse sous le contrôle de Damas

    Moscou appelle à épargner à la Syrie le sort de la Libye

    © REUTERS / Abdalrhman Ismail
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    23440

    Sans prendre parti pour qui que ce soit dans le conflit en Syrie, la Russie plaide en faveur du maintien de l’État syrien, souligne le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

    On ne doit en aucun cas admettre que la Syrie connaisse le même sort que la Libye, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov arrivé à Rome pour participer à la 2e édition des Dialogues méditerranéens, initiative de la diplomatie italienne pour la stabilité et le développement des pays du pourtour de la mer Méditerranée.

    « Depuis mai, Staffan de Mistura n'arrive toujours pas à relancer les négociations inter-syriennes bien que le gouvernement de Syrie y soit prêt », a déclaré M. Lavrov, ajoutant qu'il avait appelé l'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie à « ne plus attendre ceux qui ne veulent pas mettre en application la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu.

    Cela dit, le ministre a évoqué dans le détail la situation autour d'Alep-Est.

    « Dans la partie est d'Alep, nous sommes en train de constater les derniers revers de certains amis extérieurs de l'opposition syrienne pour effectuer une distinction entre les opposants syriens et les terroristes du Front Fatah al-Cham et ce, en dépit des promesses faites par les États-Unis en janvier. Ces derniers se sont alors engagés à le faire en quelques semaines. Cette distinction aurait dû être suivie de l'amorce d'un processus politique, du règlement des problèmes humanitaires et de la participation de différents groupes d'opposition au processus de négociations », a rappelé le diplomate.

    Et de prévenir que la Russie ferait tout pour éviter à la Syrie de connaître le même sort que la Libye.

    « Nous ne soutenons aucune partie, mais intervenons pour le maintien de l'État syrien », a-t-il conclu.

    En marge des Dialogues méditerranéens, le ministre russe s'est entretenu avec son homologue italien Paolo Gentiloni et le secrétaire d'État américain John Kerry.

    Cette conférence internationale qui se déroule à Rome du 1er au 3 décembre associe 500 délégués, dont 40 chefs d'État et de gouvernement, ministres et présidents d'organisation internationale de 55 pays, ainsi que des hommes d'affaires et des représentants d'ONG. La discussion y porte principalement sur la sécurité mondiale, la lutte contre le terrorisme, l'avenir du Proche-Orient, la crise migratoire, l'énergie et la croissance économique, mais l'essentiel de l'attention est réservé à la situation en Libye et en Syrie.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    La crise à Alep-Est, conséquence de l'absence de distinguo entre opposition et terroristes
    La Russie propose quatre couloirs humanitaires pour Alep-Est
    Plus de 6.000 civils ont quitté Alep-Est en 24 heures
    Tags:
    résolution, promesses, conférence, crise syrienne, dialogue, Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Paolo Gentiloni, John Kerry, Staffan de Mistura, Sergueï Lavrov, États-Unis, Méditerranée, Alep-Est, Libye, Syrie, Rome, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik