Ecoutez Radio Sputnik
    Trump

    Trump se paie la Chine sur Twitter

    © AP Photo / Andy Wong
    International
    URL courte
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)
    25913
    S'abonner

    Avant même son investiture, le président élu Donald Trump a fustigé la politique chinoise sur Twitter, renforçant la tension auparavant générée par un échange de politesses avec Taïwan.

    Le président élu Donald Trump a vivement critiqué sur Twitter la politique économique de la Chine et son activité militaire en mer de Chine méridionale.

    « La Chine nous a-t-elle demandé si c'était bien de dévaluer leur devise (ce qui a rendu la concurrence difficile à nos entreprises) et de taxer lourdement les produits que nous y importons », a fustigé M. Trump. Notons au passage que les États-Unis ne taxent pas les produits en provenance de Chine.

    Le président élu a également critiqué la décision de l'Empire du Milieu de créer des sites militaires au large de la mer de Chine méridionale: « Je ne pense pas qu'elle (la Chine, ndlr) nous ait consultés là-dessus. »

    Donald Trump a violemment attaqué la politique commerciale chinoise tout au long de sa campagne électorale, l'accusant de manipuler sa monnaie pour doper ses exportations et de livrer ainsi une concurrence déloyale aux entreprises américaines.

    Le président désigné américain a en outre provoqué la colère de la Chine en parlant récemment avec la présidente élue de Taïwan, rompant ainsi avec 40 ans de diplomatie américaine. Dès samedi, Pékin a fermement rappelé qu'à ses yeux il « n'existe qu'une seule Chine, et Taïwan est une part inaliénable du territoire chinois ».

    Rappelons que Taïwan est de facto séparé de la Chine communiste et doté d'un gouvernement indépendant depuis 1949, Pékin considérant toujours l'île comme partie intégrante du territoire chinois. Le gouvernement de Taipei (capitale de Taïwan) était reconnu comme représentant de la Chine par l'Onu et à ce titre comme un des cinq membres permanent du conseil de sécurité de l'Onu jusqu'au 25 octobre 1971, date à laquelle le gouvernement de Pékin fut admis au sein de l'Onu à la place de celui de Taïpei. Seulement 23 États membres de l'Onu, entre autres le Belize, le Burkina Faso, le Honduras, le Salvador et le Vatican reconnaissent officiellement le gouvernement de Taïpei, bien que davantage conservent des relations officieuses avec lui. 

    Dès vendredi, la Maison-Blanche avait tenté de calmer le jeu en soulignant que Washington soutenait toujours la politique d'une « seule Chine », qui avait conduit les États-Unis à rompre à la fin des années 1970 leurs relations diplomatiques avec Taïwan, tout en maintenant des liens économiques étroits avec l'île.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)

    Lire aussi:

    Poutine: en homme intelligent, Trump se rend compte de sa nouvelle responsabilité
    Soirée costumée à New York: Trump arrive déguisé... en lui-même
    Entretien avec la présidente de Taïwan: première gaffe diplomatique de Trump?
    Tags:
    critiques, Donald Trump, Taïwan, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik