International
URL courte
7161
S'abonner

Le nouveau président autrichien saura-t-il appliquer une politique équilibrée afin de vivre en paix avec les voisins de l’Autriche? Des experts commentent le choix fait par les Autrichiens.

L'écologiste Alexander van der Bellen a remporté la présidentielle en Autriche avec plus de 50 % des voix. Selon Franz Fischler, président du forum européen d'Alpbach, c'est le bon sens qui a, en quelque sorte, remporté le vote.

« La raison a primé sur les émotions dans les résultats de cette élection », a-t-il confié à Sputnik.

Pour ce qui est de l'évolution des relations avec la Russie, le candidat battu, Norbert Hofer, était considéré comme un ami de Moscou. Cependant, estime Franz Fischler, le vainqueur, M. van der Bellen est lui aussi conscient que l'importance de Moscou ira croissant.

Le nouveau président ne partage pas le point de vue régulièrement exprimé par Washington selon lequel la Russie est une puissance régionale, pense l'expert. Une telle estimation n'est pas juste et, qui plus est, est dangereuse.

De son côté, le président du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) Heinz-Christian Strache, partisan de Norbert Hofer, a lui aussi espéré, dans un entretien avec Sputnik, qu'Alexander van der Bellen serait un président « bon et équitable » qui saurait surmonter les contradictions de la société.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Blagues, protestations, accidents: l'Autriche s’apprête à élire un nouveau président
Présidentielle à l’autrichienne: la colle défectueuse au centre de l’intrigue
Election présidentielle autrichienne: populisme ou mondialisme ?
Norbert Hofer, un candidat populiste mais normal?
Tags:
Franz Fischler, Alexander Van der Bellen, Heinz-Christian Strache, Autriche, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook