International
URL courte
12111
S'abonner

Environ la moitié des Américains estiment qu'il est approprié d'employer la torture contre les militaires ennemis capturés.

Dans la période de juin à septembre, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a interrogé plus de 17 000 personnes résidant dans 16 pays impliqués dans au moins un conflit armé. Selon cette étude, 46 % des Américains sont favorables à la torture de prisonniers de guerre, alors que 30 % d'entre eux se prononcent contre cette pratique.

Dans le même temps, 70 % des Nigérians et 50 % des Israéliens estiment qu'il est approprié de torturer les prisonniers de guerre.

Le président américain élu Donald Trump s'était auparavant déclaré favorable à l'emploi de diverses méthodes d'interrogatoire des présumés terroristes ainsi qu'au rétablissement de la simulation de noyade, ou « waterboarding », considérée comme de la torture.

La simulation de noyade consiste à verser de l'eau sur un tissu qui bouche le nez et la bouche d'un prisonnier. Cette méthode, mise en place par l'administration Bush après les attaques du 11 septembre 2001 et pratiquée par la CIA, a été interdite par le président Obama.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un plan secret anglais de 2017 prévoyait de priver les personnes âgées d’aide médicale en cas de pandémie
Une fusillade éclate à côté du Pentagone, le secteur est bouclé
Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Tags:
États-Unis, Nigeria, Israël, Donald Trump, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), CIA, tortures, sondage, prisonniers de guerre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook