International
URL courte
22442
S'abonner

Recep Tayyip Erdogan a proposé à Vladimir Poutine de convertir le commerce entre les deux pays en devises nationales, après avoir adressé une demande similaire à Pékin et à Téhéran. Ceux-ci s’avèrent favorables à l’initiative d’Ankara.

Avec l'élection de Donald Trump à la tête des États-Unis, la Turquie est le premier perdant en matière de fuite des capitaux, causée par la hausse des taux d'intérêt affaiblissant les devises de plusieurs économies émergentes, estime Sumru Altug de l'Université Koç à Istanbul et du Centre for Economic and Policy Research (CEPR) de Londres, dans une interview accordée à Sputnik.

« Sur le court terme, la proposition de la Turquie peut freiner l'affaiblissement de la livre turque. Et à long terme, cette initiative s'avère d'autant plus raisonnable, car les États-Unis et l'Union européenne exercent une forte influence sur les pays à l'économie émergente.

Selon Mme Altug, lorsque les pays en voie de développement font du commerce en dollars, ils sont forcés de stocker une quantité énorme de dollars dans leurs réserves, détruisant ainsi leurs propres devises nationales. Pour cela, le passage au commerce en devises nationales représente un moyen sécurisant face aux situations d'urgence sur le marché des changes.

« Plus les devises étrangères sont utilisées dans le commerce, plus l'État en a dans ses réserves. Dès lors, plus il y a de fluctuations sur le marché des changes, plus la devise nationale est secouée. Ensuite, une fois que l'État a converti ses activités commerciales avec un autre pays en devises nationales, il n'est plus assujetti aux autres marchés », explique Sumru Altug, ajoutant que dans ce cas-là, seuls les volumes de marchandises comptent.

L'interlocutrice de Sputnik rappelle également l'exemple de la crise financière en Asie en 1997, avec 180 milliards de dollars de fuite des capitaux. A l'époque, la Corée du Sud a notamment décidé de garder plus d'argent dans ses réserves, entre 150 et 200 milliards de dollars, ce qui n'a guère contribué au développement de son économie nationale.

De ce fait, le commerce bilatéral en devises nationales pourrait empêcher de tels événements, conclut Mme Altug.La lire turque a perdu 17 % par rapport au dollar américain depuis le début de 2016. Le gouvernement turc a déclaré qu'il œuvrerait pour encourager les transactions des établissements publics en livres.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Turquie et Iran renoncent au dollar dans leurs échanges
Médias turcs: Moscou et Pékin relèguent le dollar au second plan
Dollar vs Yuan: Bill Gates mise sur la monnaie chinoise
Un Bordelais poignardé au cœur en pleine rue pour avoir demandé à des jeunes de ne pas uriner sur un mur
Tags:
fuite, devises, commerce, réserves de change, sécurité, Centre for Economic and Policy Research (CEPR), Université Koç, Sputnik, Union européenne (UE), Sumru Altug, Donald Trump, Recep Tayyip Erdogan, Asie, Ankara, Londres, Turquie, Corée du Sud, Moscou, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook