Ecoutez Radio Sputnik
    Le premier ministre russe Dmitry Medvedev et son homologue turc Binali Yildirim

    Relation au beau fixe entre Moscou et Ankara, selon le premier ministre turc

    © Sputnik. Alexander Astafyev
    International
    URL courte
    9142

    Bien que mécontente de l’état des négociations sur son adhésion à l’Union européenne, la Turquie se félicite de ces actuelles relations avec la Russie.

    Selon le premier ministre turc Binali Yildirim, les relations entre la Turquie et la Russie n'ont jamais été meilleures : les approches des deux pays sur le règlement de la question syrienne coïncident, la normalisation des rapports entre Ankara et Moscou va bon train et les deux pays pourraient effectuer des paiements réciproques en monnaies nationales.

    Dans son interview accordée à Sputnik, M. Yildirim a signalé que le processus de normalisation des rapports entre la Russie et la Turquie, gravement détériorés suite à l'accident de l'avion russe abattu par un chasseur turc en novembre 2015, avait été entamé suite à un coup de fil de Vladimir Poutine au président turc Recep Tayiip Erdogan. Le président russe a alors condamné la tentative de coup d'État en Turquie et a exprimé son soutien au pouvoir légitime turc.

    M. Yildirim a indiqué que ses négociations d'aujourd'hui avec son homologue russe Dmitri Medvedev avaient porté sur la façon de revenir le plus vite possible au niveau du 24 novembre 2015 (date de l'accident d'avion) dans le commerce, le tourisme et l'énergie.

    « Nous avons fixé pour objectif de parvenir à un chiffre d'affaires des échanges de 100 milliards de dollars et de lever toutes les limitations introduites pendant la période de refroidissement des rapports », a-t-il précisé.

    Le premier ministre turc a constaté l'attitude positive envers les paiements réciproques en monnaies nationales, signalant que les Banques centrales ont déjà procédé au travail sur des questions techniques.

    En outre, les premiers ministres ont évoqué à Moscou le conflit syrien.

    « Il va de soi qu'à l'étape actuelle nous nous comprenons les uns les autres mieux que jamais. Nous avons une approche commune eu égard à la façon de régler la crise en Syrie », a souligné M. Yildirim.

    Concernant l'information des médias sur les négociations entre des représentants de la Russie et de la Coalition nationale syrienne (opposition) tenues avec la médiation d'Ankara, Binali Yildirim a fait état d'un intense travail mené en ce sens. Selon lui, la Turquie a apporté une grande contribution à l'arrêt de l'effusion de sang et il serait utile que la Russie adopte une position plus ferme et plus efficace à l'égard du gouvernement syrien.

    Il trouve également que les membres de l'Armée syrienne libre luttent pour la libération du pays des éléments hostiles.

    « Il faut travailler conjointement à l'élimination des éléments qui y sont présents, à savoir Daech, le Front al-Nosra, le Parti de l'union démocratique (kurde, ndlr). Il faut faire une nette distinction entre ceux qui luttent pour la libération de leur pays et ceux qui font partie des organisations terroristes reconnues. Notre objectif commun est la lutte contre des groupes terroristes. C'est pourquoi nous faisons tout notre possible en la matière », a affirmé M. Yildirim.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    La Turquie et la Russie veulent développer leurs relations au niveau stratégique
    La Turquie ratifie l’accord sur le Turkish Stream
    La Turquie a-t-elle perdu ses chances d’adhérer à l’UE?
    Tags:
    normalisation, avion abattu, Front al-Nosra, Armée syrienne libre (ASL), Etat islamique, Dmitri Medvedev, Binali Yildirim, Syrie, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik