Ecoutez Radio Sputnik
    Le Pentagone

    La «menace russe», prétexte pour justifier la hausse des dépenses du Pentagone

    © Flickr/ Kevin Harber
    International
    URL courte
    6519
    S'abonner

    Ils se préparent à la guerre tout en parlant de la paix. Le secrétariat américain à la Défense continue à brandir l’épouvantail de la «menace russe» pour justifier la hausse de ses dépenses militaires déjà énormes.

    Les hauts-responsables de l’administration américaine ont recours aux bonnes vieilles méthodes pour obtenir une augmentation des dépenses militaires. Il n’est pas difficile de deviner qu’il s’agit, comme à l'ordinaire, de la célèbre Main de Kremlin. Les fonctionnaires américains se réfèrent à une menace créée par « l’accroissement des dépenses de la Russie » relatives au secteur militaire.

    Deborah James, secrétaire américaine à la Force aérienne, a déclaré récemment dans une interview à AntiWar.com que la Russie constituait une « menace existentielle » pour les États-Unis.

    Le 4 décembre, Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense a quant à lui déclaré que son pays ne cherchait pas à déclencher les hostilités avec la Russie, mais était prêt à « défendre ses alliés ». Des alliés qui sont certainement sur le point d’être agressés par cette Russie perfide… 

    Cependant, les statistiques montrent que les dépenses russes sont très modestes en comparaison de celles réalisées par la branche militaire américaine, ce qui n’empêche pas d’ailleurs Washington d'accuser le reste du monde de tenter d’augmenter ces dépenses…

    Les dépenses militaires US excèdent celles des 14 autres pays cumulés dépensant le plus dans ce domaine, selon un rapport d’International Institute for Strategic Studies pour 2016. Et même si la Russie augmente son budget militaire, elle a peu de chance de rattraper le Pentagone en termes de dépenses militaires étant donné que les États-Unis les ont continuellement augmentées depuis la présidence de Ronald Reagan, même après l’effondrement du mur de Berlin et de l’Union soviétique, son principal ennemi de l’époque.

    Tout en brandissant l’épouvantail de la menace démoniaque provenant de Moscou, le Pentagone risque de se retrouver au cœur d’un scandale après les dernières révélations du Washington Post. Selon le journal, le Pentagone a tenté de cacher les résultats d’une étude interne qui stigmatisait des milliards de dollars de dépenses militaires inutiles. Et ceci afin de prévenir une réduction du budget militaire.

    Alors que le gaspillage était estimé à 125 milliards de dollars, les responsables du secteur ont remis en cause puis supprimé ces résultats. L’étude du journal a révélé également que le Pentagone employait environ un million de civils, un chiffre pratiquement identique à celui des effectifs de l’armée américaine (1,3 million de soldats en service actif).

    Lire aussi:

    Trump force le Pentagone à réviser sa stratégie face à Daech
    Pentagone: l'armée US restera en Irak même après la défaite de Daech
    Visite guidée du "Pentagone russe"
    Tags:
    La Main du Kremlin, menace russe, dépenses militaires, Deborah James, Ronald Reagan, Ashton Carter, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik