International
URL courte
8232
S'abonner

En réponse à la demande de Sputnik, le département de la communication et de l'information de l'Unesco a envoyé une lettre indiquant que l'Unesco «défendra les droits des médias pour le recueil et la libre diffusion de l'information» et «continuera de veiller attentivement à la situation» relative à la résolution adoptée par le Parlement européen.

L'Unesco a également assuré à Sputnik que «depuis sa fondation, l'organisation a œuvré pour la promotion des normes du droit international visant à assurer[…] le droit de rechercher, de recevoir et de diffuser les informations et les idées indépendamment des frontières et des modes de communication".

La lettre officielle signée par le directeur général adjoint pour la communication et l'information de l'Unesco, Frank La Rue, a été reçue par l'agence après l'adoption par le Parlement européen de la résolution sur la communication stratégique de l'Union européenne visant à «contrer la propagande dirigée contre elle par des pays tiers». Ce document vise à restreindre la liberté d'expression en UE et fait de facto entrave à l'activité de médias tels que Sputnik et RT. Plus tôt, l'agence avait reçu le soutien du président de la Fédération internationale des journalistes Philippe Leruth et du secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes Ricardo Gutiérrez, qui avaient critiqué la résolution adoptée.

Dans la lettre de l'Unesco, on peut lire notamment que l'organisation «continuera d'utiliser tous les outils internationaux à sa disposition pour défendre les droits des médias au recueil et à la libre diffusion de l'information et des avis, ainsi que soutiendra les journalistes qui respectent les principes d'éthique et les hauts standards de la profession. Merci d'avoir attiré notre attention sur cette question [l'adoption de la résolution]. Vous pouvez être certains que l'Unesco continuera de suivre attentivement la situation.»

La résolution sur la communication stratégique de l'Union européenne visant à «contrer la propagande dirigée contre elle par des pays tiers» a été adoptée par le Parlement européen le 23 novembre. Après l'adoption de cette résolution l'agence d'information et la radio Sputnik a appelé les organisations européennes et américaines défendant la liberté des médias à prendre des mesures pour se prémunir des conséquences de cette résolution. Une requête demandant de stopper l'offensive contre la liberté d'expression en UE signée par la rédactrice en chef Margarita Simonian a été envoyée à plusieurs organisations internationales dont l'Onu et l'Unesco.

Sputnik (sputniknews.com) est une agence d'information et une radio disposant de hubs d'information multimédias dans des dizaines de pays. Sputnik regroupe des sites dans plus de trente langues, une radio numérique et hertzienne, des applications mobiles et des pages sur les réseaux sociaux. Les fils d'actualité de Sputnik paraissent 24h/24 en anglais, en arabe, en espagnol et en chinois.

Lire aussi:

Moscou prendra des mesures pour protéger ses médias suite à la résolution du PE
Résolution contre les médias russes: Zakharova condamne la réaction de l’OSCE
La résolution du PE contre les médias russes menace la presse européenne
Emir Kusturica sur la résolution anti-Sputnik: «la vérité n’a jamais été de la propagande»
Tags:
résolution, médias, UNESCO, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Union européenne (UE)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook