Ecoutez Radio Sputnik
    Le vice-président chinois Xi Jinping accueilli par le gouverneur de l'Iowa Terry Branstad en février 2012

    Un «ami» de Xi Jinping accepte le poste d’ambassadeur américain en Chine

    © REUTERS / Andrea Melendez
    International
    URL courte
    8290
    S'abonner

    Le gouverneur de l’Iowa Terry Branstad a accepté la proposition du président élu Donald Trump de devenir ambassadeur des États-Unis en Chine.

    L'agence Bloomberg, qui a reçu cette information de la part de trois sources anonymes bien renseignées, qualifie le gouverneur de l'Iowa « d'ami de longue date du président chinois Xi Jinping ».

    Terry Branstad a refusé de commenter l'information, se contentant de déclarer qu'il était « fier de son soutien à Donald Trump dans sa lutte pour la présidence ».
           

    La proposition a été faite dans la Trump Tower à New York. Selon des témoins, Terry Branstad est arrivé à la rencontre en compagnie de son épouse Chris et de son chef de cabinet Michael Bosselot. M. Branstad a refusé de faire des commentaires à propos de sa future nomination, mais s'est déclaré ému par le haut niveau des personnes assistant à la rencontre.

    Il est devenu notoire qu'aussitôt après la victoire de Donald Trump à l'élection du 8 novembre, le gouverneur de l'Iowa s'est mis à préparer une mission d'affaires de sept jours en Chine, la quatrième au cours de ces sept dernières années.

    Le gouverneur connaît personnellement Xi Jinping. Leur première rencontre a eu lieu en 1985 lors d'une visite de Xi Jinping dans l'Iowa à la tête d'une délégation d'agriculteurs de la province du Hebei. La visite a eu lieu au cours du premier mandat de Terry Breanstad au poste de gouverneur. A l'époque, l'Iowa et le Hebei étaient jumelés depuis trois ans.

    En février 2012, Xi Jinping, devenu vice-président, s'est rendu une nouvelle fois dans l'Iowa. Dans la petite ville de Muscatine, il a visité une ferme, une école et a rendu visite à ses vieilles connaissances rencontrées 27 ans plus tôt.

    Trump
    © AP Photo / Andy Wong
    Se souvenant de la rencontre avec  Xi Jinping, le gouverneur de l'Iowa a dit qu'il était très reconnaissant pour l'amitié et l'hospitalité témoignées envers toute la délégation lors de cette nouvelle visite.

    « Xi Jinping est un homme très communicatif. Il me semble qu'il trouve facilement une langue commune avec les gens », a ajouté Terry Brenstad.

    Le 16 mars 2013, deux jours après l'élection de Xi Jinping à la présidence en Chine, Terry Branstad, réélu déjà pour son cinquième mandat de gouverneur, s'est déclaré certain que l'arrivée de Xi Jinping au pouvoir pourrait promouvoir les relations entre les États-Unis et la Chine. Il a également signalé que lors de son déplacement en Chine en 2012, il avait été impressionné par les immenses changements intervenus dans ce pays.

    « Elle (la Chine) s'est transformée en tant que pays. On y trouve une multitude de gratte-ciels, de nouveaux trains à grande vitesse et des voitures. Le niveau de vie de la population a sensiblement augmenté. Cela témoigne que la Chine déploie de nombreux efforts afin d'étendre les possibilités de la population », a dit le gouverneur, dont la première visite en Chine remontait à 1984.

    A l'heure actuelle, la Chine est le deuxième marché d'exportation pour l'Iowa derrière le Canada. En 2015, cet État américain a exporté vers la Chine pour 2,3 milliards de dollars de produits et pour 273 millions de dollars de services. L'Iowa est parfois qualifié de capitale alimentaire du globe, d'où l'intérêt traditionnel de la Chine pour des liens solides avec cet État.

    Des experts signalent que le nouveau chef de la mission diplomatique en Chine a été parmi les premiers candidats au poste d'ambassadeurs des États-Unis à l'étranger. L'expert de l'Institut de l'Extrême-Orient de l'Académie des sciences de Russie Alexandre Larine estime que cela reflète l'importance accordée par la diplomatie américaine à l'axe chinois.

    « L'information sur cette désignation probable atteste que Trump accorde l'importance la plus sérieuse aux relations avec la Chine. Il ne peut pas faire la sourde oreille devant les critiques qui lui sont adressées à propos des mesures risquées qu'il a annoncées à l'égard de la Chine. Il entreprend certaines démarches visant à adoucir les relations avec la Chine. La nomination d'un ambassadeur n'est pas une mesure à court terme.

    L'ambassadeur doit travailler assez longtemps. Il devra participer à la formation des rapports entre les États-Unis et la Chine. Ce ne sera pas facile car il devra régler des problèmes dans les relations bilatérales. Trump compte évidemment sur ses liens de longue date de Terry Branstad avec la Chine, sur sa flexibilité et son expérience positive et constructive de travail avec la Chine », indique l'expert.
            
    L'expert de l'Institut des relations internationales de l'Université Tsinghua Liu Jianyong lui donne raison.

    « En sa qualité de président élu qui n'est pas encore entré en fonction, Donald Trump a fait plusieurs déclarations inacceptables. Cela a porté atteinte aux sentiments du peuple chinois et, du moins, a créé un fond négatif pour les relations sino-américaines. Il serait utile pour ces relations que la future équipe de Donald Trump regroupe des conseillers capables de l'aider à comprendre la Chine et les principes fondamentaux des relations sino-américaines », ajoute l'expert.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    Poutine: en homme intelligent, Trump se rend compte de sa nouvelle responsabilité
    Trump choisit l'ex-général Mattis pour le poste de secrétaire à la Défense
    Trump nomme un opposant à l’Obamacare à la Santé
    Tags:
    nomination, ambassadeur, Terry Branstad, Xi Jinping, Iowa, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik