Ecoutez Radio Sputnik
    Les membres d'Amnesty International protestent contre les gouvernements britanniques qui continuent la vente d'armes à l'Arabie saoudite

    Les appels à cesser les ventes d’armes à Riyad se multiplient

    © Photo. Alastair Grant
    International
    URL courte
    7271

    Exécutions, tortures, massacres de rebelles houthis, frappes sur les civils, dont des enfants, au Yémen… Voilà ce que fait Riyad avec les armes qu’elle achète régulièrement à Washington. Plusieurs institutions internationales ont décidé de monter finalement au créneau pour appeler les pays à cesser la vente d’armes à l’Arabie saoudite.

    Alors que le monde entier condamne les actions meurtrières perpétrées par l'Arabie saoudite au Yémen, plusieurs pays, dont la France, les États-Unis et le Royaume-Uni, la considèrent toujours comme son alliée et continuent de lui vendre des armes. Suite à des violations flagrantes, plusieurs défeneurs des droits de l'homme s'indignent.

    L'organisation Human Rights Watch (HRW) appelle jeudi les gouvernements étrangers à cesser de vendre des armes à l'Arabie Saoudite, qui s'en sert lors de frappes aériennes sur les civils yéménites.

    « Ces attaques montrent que les gouvernements étrangers doivent cesser de vendre des armes à l'Arabie Saoudite. Le Bureau du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme doit envoyer d'urgence au Yémen des experts supplémentaires pour enquêter sur les éventuelles violations du côté de la coalition, des Houthis et leurs alliés, et d'autres participants du conflit », ont déclaré des défenseurs des droits de l'homme dans un communiqué.

    Le communiqué cite également un haut représentant de l'organisation Priyanka Motaparti qui affirme que les troupes de la coalition ont bombardé des civils yéménites avec des armes américaines livrées récemment.

    « Le mandat de l'administration d'Obama expire: ils doivent définitivement arrêter la vente d'armes à l'Arabie Saoudite, sinon elle sera toujours associée à des atrocités perpétrées pendant la guerre au Yémen », a-t-elle déclaré.

    En février, le Parlement européen a réclamé un embargo sur les livraisons d'armes des pays de l'Union européenne à l'Arabie saoudite condamnant ainsi « les frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie et le blocus naval qu'elle a imposé au Yémen, qui ont conduit à des milliers de morts, et ont encore déstabilisé davantage » le pays.

    Dirigée par l'Arabie saoudite, la coalition arabe, qui soutient le parti du gouvernement officiel yéménite, effectue depuis mars 2015 des raids sur les zones contrôlées par les rebelles houthis. Or, de nombreux cas de frappes sur des installations civiles, notamment des écoles et des hôpitaux, ont été recensés.

    Selon les données du Centre yéménite pour les droits et le développement, depuis le printemps 2015, le conflit a coûté la vie à plus de 10 000 civils, dont 2 400 enfants et 2 000 femmes.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le Conseil des droits de l'homme appelé à suspendre l'Arabie saoudite
    L'Occident est-il condamné à vendre des armes à l'Arabie saoudite?
    Tout prétexte est bon: les USA se lancent dans le conflit yéménite
    Tags:
    ventes d'armes, Human Rights Watch (HRW), Parlement européen, Arabie Saoudite, Yémen
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik