Ecoutez Radio Sputnik
    Laboratoire d'anti-dopage

    Scandale de dopage: «Si le sportif est malade, il y a le sport paralympique»

    © AP Photo/ Felipe Dana
    International
    URL courte
    11120

    L’athlète russe de renom Olga Bogoslovskaya partage sa vision du problème de dopage «autorisé».

    Le dopage autorisé n’est rien d’autre qu’une nouvelle ruse des sportifs ou des politiciens malhonnêtes pour que leurs compatriotes remportent des compétitions et reçoivent des médailles d’or et d’argent, a déclaré la championne du monde du relais 4x100 mètres et médaillée d’argent des Jeux Olympiques, maître es sport de Russie Olga Bogoslovskaya dans une interview accordée à Sputnik.

    « Je crois que si quelqu’un est autorisé (à recourir aux soi-disant « exceptions thérapeutiques »), alors tout le monde doit être autorisé, sinon personne ne doit être autorisé. Si le sportif est malade, il y a également le sport paralympique. Il existe une autre option : on peut refuser de participer afin de se faire soigner puis se remettre en piste et donner la preuve de sa valeur en tant que sportif absolument propre », a-t-elle indiqué.

    « Tous ceux qui regardent les sœurs Williams se demandent si ces dames sont malades au point où elles ont besoin de puissants médicaments. Bien sûr que non. Aucune personne saine d’esprit ne peut même imaginer que les sportifs de niveaux si élevés puissent être aussi malades », a souligné Mme Bogoslovskaya.

    Évoquant la publication de la deuxième partie du rapport du président de la commission indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA) Richard McLaren, elle a supposé que ce dernier pourrait avoir deux ou trois variantes de ce rapport et qu’il choisira celle qui convient à telle ou telle autre situation « politique » dans le sport.

    La déclaration d’Olga Bogoslovskaya fait écho aux résultats d’un sondage réalisé en Europe et aux États-Unis par Ifop pour l’agence d’information Sputnik. Selon ce sondage, la majorité des Européens et des Américains sont convaincus que les sportifs ne doivent pas prendre les médicaments qui leur sont prescrits si ceux-ci font partie de la liste des produits interdits par l’AMA.

    66 % des Polonais, 50 % des Italiens et des Allemands et 48 % des Français sont opposés à l'utilisation par les sportifs souffrant de maladies chroniques de médicaments considérés comme dopants. Par ailleurs, 11 % des Polonais, 14 % des Français, 16 % des Italiens, 17 % des Américains, 19 % des Allemands, 19 % des Espagnols et 22 % des Britanniques estiment qu'il faut mettre les sportifs en compétition dans des conditions égales, quelle que soit la maladie qu'un sportif peut avoir. 

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    En Russie, un système anti-dopage à la pointe du progrès dès 2017
    La Fédération internationale de ski demande «des preuves réelles du dopage en Russie»
    Les hackers publient une 7e liste d'athlètes US suspectés de dopage
    Tags:
    exceptions thérapeutiques, scandale, dopage, Richard McLaren, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik