Ecoutez Radio Sputnik
    Les militaires turcs

    Amis jurés: les États-Unis ne soutiennent pas l’opération turque à al-Bab

    © AP Photo / Burhan Ozbilici
    International
    URL courte
    Lutte contre Daech à Al-Bab (2016) (25)
    32485

    Les États-Unis et la Turquie semblent sérieusement divisés sur leur vision des particularités de la politique proche-orientale. Le porte-parole des forces américaines en Irak et en Syrie John Dorrian déclare que la coalition occidentale ne soutient pas l’opération turque de libération de la ville syrienne d’al-Bab.

    Les désaccords entre Ankara et Washington se renforcent. Alors que le porte-parole des forces américaines en Irak et en Syrie John Dorrian déclare que la coalition occidentale ne soutient pas l'opération turque de libération de la ville syrienne d'al-Bab, le commandement militaire turc décide d'envoyer en Syrie un contingent spécial supplémentaire chargé de participer à l'opération Bouclier de l'Euphrate.

    « Dès le début, les États-Unis étaient contre nos opérations en Syrie. Le but américain est évident — organiser un couloir kurde le long des frontières turques jusqu'à la province de Hatay, ce qui leur permettra d'exercer une pression permanente sur la Turquie. Il est évident que l'opération des unités turques pour libérer la ville d'al-Bab ne s'inscrit pas dans les plans de Washington », explique l'ex-commandant de l'Agence turque d'aviation, le général retraité Erdogan Karakus dans une interview accordée à Sputnik.

    L'expert estime que la Turquie, du point de vue de ses intérêts nationaux, devrait coordonner ses activités en Syrie avec la Russie et les forces gouvernementales syriennes. La Turquie n'a pas besoin des territoires syriens, mais elle voudrait créer en Syrie des conditions pour y installer les trois millions de Syriens qui se trouvent actuellement sur son sol, indique M. Karakus.

    « À mon avis, la Turquie se rend parfaitement compte de la situation dans la République arabe et connaît les intentions des pays occidentaux. Actuellement, il est fort probable qu'Ankara fasse des efforts afin d'affaiblir l'influence de la coalition occidentale en Syrie et en Irak », déclare l'expert.

    M. Karakus explique que cette action de la Turquie pourra être accomplie seulement en cas d'interaction étroite et de coordination de ses activités avec Moscou et Damas. Voilà pourquoi travailler avec eux apparaît si important pour Ankara.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Lutte contre Daech à Al-Bab (2016) (25)

    Lire aussi:

    La Turquie ne compte pas retirer sa demande d’adhésion à l’UE
    La Turquie lance son satellite militaire Göktürk-1 depuis Kourou
    Le terroriste australien numéro un interpellé en Turquie
    Gelée par l’UE, la Turquie regarde vers l’Est
    Tags:
    opération, frontière, John Dorrian, al-Bab, Turquie, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik