Ecoutez Radio Sputnik
    Des personnes évacuées d'Alep-Est

    Qui empêche les civils de quitter Alep-Est?

    © REUTERS / SANA
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)
    21370
    S'abonner

    Vendredi, le porte-parole du Haut-Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme a confirmé que des groupes armés empêchaient la population civile de se retirer d’Alep-Est, allant jusqu’à tirer sur les habitants qui fuient les combats. Pourtant ce sont Moscou et Damas qui sont appelés à «laisser sortir les gens».

    La Syrie et la Russie doivent « laisser sortir les gens », a déclaré ce samedi le chef de la diplomatie allemand Franck-Walter Steinmeier. Ces propos ont été tenus à l'issue de la réunion des pays « Amis de la Syrie » qui s'est tenue à Paris.

    Il convient de souligner que la phrase en question a été lancée alors qu'une opération d'évacuation d'envergure, assurée par le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, était en cours à Alep-Est. Rien qu'en deux jours, elle a permis à 50 000 civils de quitter les quartiers contrôlés par les groupes armés.

    Il convient de noter que ce n'est pas la première fois que des couloirs humanitaires sont mis en place à Alep en vue de faire évacuer les civils et de permettre aux groupes armés de déposer les armes. Toutefois, comme on se souvient, l'«opposition syrienne » coupait court aux tentatives de fuir les zones qu'elle contrôle et allait jusqu'à exécuter publiquement les fugitifs pour prévenir le départ de leurs confrères.

    D'ailleurs, cela a été confirmé par les Nations unies par l'intermédiaire de son porte-parole, qui a déclaré vendredi que des groupes armés de l'opposition syrienne empêchent des civils de quitter Alep-Est.

    « Certains civils qui tentent de s'enfuir sont apparemment bloqués par des groupes armés de l'opposition (…) notamment le front Fatah el-Cham (ex-Front al-Nosra) », a indiqué lors d'une conférence de presse le porte-parole du Haut-Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme, Rupert Colville, cité par l'AFP.

    Les propos de Franck-Walter Steinmeier sont loin d'être la seule déclaration étrange prononcée aujourd'hui à Paris. Son homologue américain, John Kerry, a également appelé ce samedi la Syrie et la Russie à garantir le retrait des groupes armés en toute sécurité et ce le lendemain de la déclaration du chef de la diplomatie russe selon lequel Moscou cherchait des canaux pour persuader ces mêmes groupes armés de se retirer en toute sécurité de la ville d'Alep.

    Le dialogue de sourds se poursuit.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)

    Lire aussi:

    Des pilonnages terroristes font 9 morts et 37 blessés à Alep
    Près de 18.000 civils quittent les quartiers d’Alep (Vidéo)
    Moscou contre l’élimination aveugle des terroristes d’Alep-Est
    L'armée syrienne reprend le contrôle de 93% du territoire d'Alep
    Tags:
    groupes armés, civils, évacuation, ONU, Rupert Colville, Frank-Walter Steinmeier, John Kerry, Sergueï Lavrov, Alep-Est, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik