International
URL courte
15436
S'abonner

L'Agence américaine antidopage (USADA) et le Centre canadien pour l'éthique dans le sport (CCES) ont lancé un projet juste avant les Jeux olympiques de Rio pour décrédibiliser le Comité international olympique (CIO) et créer une agence beaucoup plus puissante, capable de l’influencer, révèlent les documents publiés par les hackers Fancy Bears.

En juillet 2016, des représentants d’au moins 10 pays et 20 groupes avaient demandé de disqualifier toute la délégation russe l’accusant d’avoir un programme étatique de dopage.

​Le projet baptisé « Olympien » bénéficié de l’aide juridique du cabinet Davies Ward Phillips & LLP Vineberg. Le cabinet d’avocats a aidé l’USADA et le CCES à porter plainte contre le CIO. Ils se sont également adressés aux agences antidopage de la Pologne, de l’Espagne, de la Corée du Sud, du Japon, de la Norvège, de l'Autriche et de la Finlande pour solliciter leur soutien, mais ces pays ont refusé de participer à ce projet.

Par conséquent, les frais de préparation de la plainte, 70 000 dollars, ont été assumés par l'USADA et le CCES.

Selon les courriels des responsables de l'USADA et du CCES publiés par le groupe de hackers Fancy Bears, ils ont proposé aux pays en questions de signer un accord avec l'UNESCO pour la pureté du sport. En vertu de cet accord, les pays l’ayant signé refuseraient d'accueillir les Jeux olympiques dans leur pays, jusqu’à ce que le CIO ne modifie sa charte conformément aux dispositions du contrat.

Des sportifs US sous cocaïne juste avant les JO de Rio
© AP Photo / Australian Federal Police

Du coup, le projet « Olympien » continue d'exister, malgré l'échec de l'idée de porter plainte devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) contre le CIO.

Auparavant, les hackers avaient rendu publiques des documents révélant que durant les mois qui avaient précédé les Jeux olympiques, l'agence américaine antidopage USADA avait été submergée de demandes d'ordonnances médicales déposées par des sportifs américains qui se préparaient pour Rio.

En septembre dernier, Fancy Bears avait également publié les documents de l'AMA sur le dopage chez des athlètes américains, y compris la joueuse de tennis Serena Williams et la gymnaste artistique Simone Biles.


Lire aussi:

CIO: les 63 échantillons de sang des olympiens russes réanalysés sont propres
Le CIO prolonge les sanctions à l'encontre de la Russie
Le CIO tend la main aux sportifs réfugiés
Sommet olympique: réformes et relations CIO-AMA au menu
Dopage en Russie? McLaren refuse de présenter des preuves au CIO
Isinbayeva, élue membre d'une commission du CIO, défendra les sportifs russes
Président du CIO: c’est moralement correct d'admettre la Russie aux JO à Rio
Le CIO subit des attaques informatiques sans précédent
Tags:
accord, conspirateurs, hackers, JO 2016 de Rio de Janeiro, Centre canadien pour l'éthique dans le sport (CCES), Agence américaine antidopage (USADA), Comité international olympique (CIO), Agence mondiale antidopage (AMA), Fancy Bears, Canada, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook