International
URL courte
22502
S'abonner

Le président élu Donald Trump a rencontré et négocié avec Mitt Romney devant les caméras pour un entretien pour le poste de secrétaire d’État rien que pour mieux «le torturer» pour ses propos durant la course présidentielle. Romney, qui l’avait insulté d’escroc, l’avait trouvé constructif et agréable après sa proposition.

Le 19 novembre, Donald Trump a nommé Mitt Romney, l’un de ses anciens opposants à la présidentielle américaine, comme candidat possible pour le poste de secrétaire d'État américain. Les deux hommes se sont rencontrés devant les caméras et ont mené des négociations, les médias ont tous diffusé cette nouvelle inattendue.

Et soudain, Donald Trump a téléphoné à Mitt Romney le12 décembre pour lui dire qu'il désignait une autre personne, Rex Tillerson.

Ces dernières semaines, Mitt Romney, qui avait vivement critiqué Donald Trump, l’accusant notamment de « corrompre l’Amérique à la face du monde » pendant la campagne, et le qualifiant d’escroc a soudain commencé à « voir clair », constatant un rapprochement avec le président élu le qualifiant de « l’homme même qui nous mènera vers un meilleur avenir » et avec qui le dialogue s’avère être agréable, en quête d’une nomination au poste de secrétaire d'État.

« C’est un honneur d’avoir été pressenti pour le poste de secrétaire d’État de notre grand pays », a écrit sur Facebook l’ancien gouverneur du Massachusetts. « Mes discussions avec le président élu Trump ont été à la fois agréables et instructives. Je place de grands espoirs dans le fait que la nouvelle administration apportera à la nation force, prospérité et paix ».

​De nombreux observateurs y voyaient un piège dès le début se demandant si Donald Trump voulait faire ramper à ses pieds l’homme qui l’avait tant critiqué.

Et voilà que tout s’explique. Mardi, le conseiller de M. Trump Roger Stone a raconté que ce n’était que du trolling pur et dur.

« Donald Trump a eu un entretien avec Mitt Romney pour le poste de secrétaire d’État pour le torturer. Pour jouer avec lui. Et étant donné les conditions qui précèdent, c’est facile à comprendre. Mitt Romney a franchi une ligne, il n’était pas en simple opposition contre Trump, ce qui est son droit démocratique, mais il l'a qualifié de charlatan, d’escroc. Ce n'est pas le genre d'homme qu’on voudrait voir dans le rôle de secrétaire d'État », a expliqué Roger Stone.

Mitt Romney a passé plusieurs mois à insulter le candidat républicain, à la tête du mouvement #NeverTrump. Et son discours le plus virulent a eu lieu en mars dernier:

« Donald Trump est un charlatan, un imposteur. Ses promesses ne valent pas mieux qu’un diplôme de l’université Trump. Il prend les Américains pour des pigeons », avait-il déclaré.

Les internautes ont apprécié ce trolling du plus haut niveau.

« Trump à Romney: Hey Mitt, quoi, tu penses que tu peux me critiquer et t’en sortir comme ça? Saute, singe! Et maintenant danse! »

​« Ils me disent la torture ne marche pas. Mais ça me fait du bien »

​« Donald Trump peut-il considérer Mitt Romney pour un autre poste important pour que l'humiliation rituelle se poursuive? »

​«  La dernière vengeance de Trump: il a transformé Romney en meme  »


Lire aussi:

Le «Trump Queen» fait un carton sur Internet
Trump ne veut pas recevoir de briefings de sécurité quotidiens
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Après son tweet sur Macron au théâtre, Bouhafs dit avoir «une vidéo terrible» du couple en fuite
Tags:
secrétaire d'Etat, insulte, trolling, Roger Stone, Rex Tillerson, Mitt Romney, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik