International
URL courte
6501
S'abonner

Face à l’ennemi commun qu’est l’islam radical, l’Amérique doit coopérer avec la Russie au lieu de s’appliquer à la dénigrer systématiquement, estime un élu républicain de Californie.

La campagne tapageuse soulevée autour des prétendues cyberattaques russes qui auraient influé sur le résultat de la présidentielle aux États-Unis n'est qu'une tentative des démocrates de justifier leur défaite, a estimé dans une interview accordée à CNN Dana Rohrabacher, chef de la sous-commission du Congrès américain sur l'Europe et l'Eurasie.

« Je pense qu'il ne s'agit là que d'une tentative des démocrates de justifier leur défaite à l'élection. Il n'y a rien dans ces attaques qui puisse intéresser les Russes ou quelqu'un d'autre. Qui plus est, ni le FBI ni la CIA ne peuvent même s'accorder sur celui qui se tient derrière tout cela », a déclaré l'homme politique.

Et de rappeler que lesdites cyberattaques avaient révélé des faits authentiques ayant entrainé l'échec de certains à la présidentielle.

« Comme résultat, les Américains ont appris davantage de vérité, ce qui les a aidés à faire leur choix lors du scrutin », a conclu le membre du Congrès.

Interrogé sur les perspectives des relations avec la Russie et la levée éventuelle des sanctions antirusses avec l'arrivée au pouvoir du président élu Donald Trump, M. Rohrabacher n'a pas caché qu'il souhaitait lui aussi de meilleures relations avec Moscou.

« Je pense que nous devons définir enfin nos priorités, notamment les objectifs auxquels nous devons tendre en premier lieu. À ce jour, nous sommes confrontés à l'islam radical, dont les adeptes tuent des milliers de personnes et qui vont encore tuer des dizaines, voire des centaines de milliers d'Américains s'ils en ont la possibilité. C'est ce qui doit être notre priorité », a indiqué celui que la presse occidentale qualifie d'« admirateur de Vladimir Poutine ».

L'interlocuteur de CNN a signalé que les Américains et les Russes avaient un ennemi commun, soulignant que la Russie perdait aussi des citoyens par la faute de l'islam radical.

« Nous devons coopérer avec la Russie au lieu d'essayer de trouver n'importe quel prétexte pour ne pas le faire et transformer ainsi les Russes en nos ennemis. Je ne veux pas de nouvelle guerre froide. Allons donc conjuguer nos efforts pour venir à bout des gars qui tuent nos peuples », a conclu Dana Rohrabacher.

Le républicain Dana Rohrabacher a été l'un des rares élus américains à s'être opposé aux sanctions contre Moscou après le rattachement de la Crimée à la Russie. Mais au lieu d'invoquer des raisons financières, ce Californien a préféré afficher ouvertement son soutien au président russe Vladimir Poutine.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Trump rétablirait la coopération militaire USA-Russie en Syrie
Moscou: les contacts militaires Russie-USA impossibles avec l'administration Obama
Les USA prêts à lancer une cyberattaque contre la Russie
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Tags:
islam radical, sanctions antirusses, levée des sanctions, ennemis, hackers, cyberattaque, FBI, présidence américaine, Congrès des États-Unis, CIA, Dana Rohrabacher, Donald Trump, Vladimir Poutine, Californie, Crimée, Moscou, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook