International
URL courte
39912
S'abonner

Lors de sa visite à Berlin, l’historien et spécialiste des problèmes de la paix, le Suisse Daniele Ganser a présenté son nouveau livre et évoqué les derniers développements dans la politique internationale.

Daniele Ganser a avoué dans un entretien avec Sputnik ne pas comprendre, en tant que Suisse, bien des choses, dont cette critique incessante contre la Russie et personnellement contre son président Vladimir Poutine qui émanait des politiciens et des médias allemands.

« Observant la situation, on ne peut que constater que la réunification de l'Allemagne n'a été possible que parce que l'URSS avait retiré ses troupes de la RDA et ce, sans un seul coup de feu. L'Allemagne devrait en être reconnaissante à la Russie », a souligné l'interlocuteur de l'agence.

Il a souligné par ailleurs que les sanctions antirusses étaient parfaitement inutiles pour l'économie allemande.

« Si l'on jette un coup d'œil outre-Atlantique, sur l'Amérique, on ne manquera pas de s'apercevoir des géostratèges, tels que George Friedman, qui affirment notamment que les Allemands et les Russes doivent s'entretuer, qu'il faut les dresser les uns contre les autres pour qu'ils perdent le plus possible de sang et s'affaiblissent finalement », a relevé l'écrivain.

Et de prévenir que la division entre l'Allemagne et la Russie ne profitait qu'aux États-Unis.

« Au lieu de céder à la pression des Américains, l'Allemagne devrait tendre à la création d'un axe amical Berlin-Moscou. Il est évident que l'axe Berlin-Washington doit lui aussi demeurer amical, tout comme l'axe Berlin-Berne. Toutes les parties y gagneront », a conclu l'historien.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Par ses critiques, l'Occident espère une Russie plus "coulante" sur l'ABM et le Kosovo (Poutine)
Poutine "n'est pas la fiancée de l'Occident"
Poutine: l'Occident n'aime la Russie que lorsqu'elle est faible
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Tags:
critiques, attaque, livre, géostratégie, historien, politologie, George Friedman, Daniele Ganser, Vladimir Poutine, Washington, États-Unis, Berne, Suisse, Berlin, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook