International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
10414
S'abonner

Le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne pourrait prendre une décennie et il n'est pas encore certain qu'il réussisse, a mis en garde le représentant permanent du pays auprès de l'UE, Ivan Rogers.

Les dirigeants européens ont convenu que la meilleure option que Londres pouvait espérer était un accord de libre-échange plutôt que l'adhésion au marché unique et que les négociations en l'espèce prendraient probablement une décennie, apprend-on du journal The Independent. Ensuite, même si l'on arrive à un accord, il faudra la ratification des 27 pays-membres, donc il est fort probable que l'accord échoue.

Selon la BBC, l'ambassadeur britannique à Bruxelles Ivan Rogers avait déjà fait un pronostique peu encourageant quant à l'accord post-Brexit, ce lors d'une réunion au niveau des ministres en octobre. L'avis de l'ambassadeur est donc contraire à l'espérance populaire selon laquelle l'accord pourrait être finalisé en l'espace de deux ans après le déclanchement de l'article 50 de l'UE qui dispose que chaque pays membre peut se retirer de l'union en fonction des exigences constitutionnelles de son pays.

Or, d'après un porte-parole du 10 Downing Street, le gouvernement britannique n'en est pas au courant et reste sûr d'être capable de conclure l'accord sur le Brexit.

Est-ce que M. Rogers reflète l'avis d'autres pays européens plutôt que le sien ou celui du gouvernement ? Oui, confirme une source à la BBC.

« Nous ne le reconnaissons pas. Le gouvernement est absolument persuadé que l'accord sur la sortie de l'UE sera conclu, et ce dans les intérêts du Royaume-Uni et du reste de l'Europe », a déclaré le porte-parole de la première ministre britannique.

La déclaration de M. Rogers est devenue publiquement connue lorsque les dirigeants européens se sont réunis pour discuter du Brexit, en l'absence de Theresa May.

Dans le même temps, le secrétaire pour le Brexit David Davis a été le premier ministre du cabinet à affirmer que le processus du Brexit pourrait être suspendu même suite au déclanchement de l'article 50. Intervenant à une réunion mercredi, il a déclaré que l'« accord de transition », censé remédier aux dégâts causés par le Brexit, dont le chancelier de l'Échiquier Philip Hammond était favorable, ne devrait être accepté qu'en cas de nécessité.

La plupart des Britanniques ont voté pour le Brexit (le retrait de l'UE) lors du référendum du 23 juin dernier. Le premier ministre David Cameron, défenseur du maintien dans l'Union, a démissionné et a été remplacé par Theresa May.

Mme May a promis d'appliquer l'article 50 vers la fin du mois de mars, ce qui marquerait le début de la période de deux ans lors de laquelle le Royaume-Uni devrait formellement quitter l'Union européenne.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Un grand plan pour le Brexit dévoilé par erreur
Les conséquences géopolitiques du Brexit
Ce discours hautement intéressant de ThereZzzza May qui endort l'audience
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Tags:
pourparlers, sortie de l'UE, Union européenne (UE), Theresa May, Ivan Rogers, David Davis, Europe, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook