Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère russe des Affaires étrangères

    Effrayer ses citoyens par la «menace russe»? Une tendance dangereuse, selon Moscou

    © Sputnik . Maksim Blinov
    International
    URL courte
    18231
    S'abonner

    Au lieu de lutter contre les défis actuels, les services spéciaux continuent de se livrer à la chasse aux sorcières et à effrayer leur population par la soi-disant «menace russe». Moscou rappelle que la voie choisie par ces institutions est dangereuse.

    Les déclarations du chef du renseignement extérieur britannique, Alex Younger, au sujet de la « menace russe » et la politique d'intimidation de sa propre population par des accusations infondées, empruntée par certains services spéciaux et politiciens occidentaux, est une tendance dangereuse, dénonce une déclaration publiée sur le site Web du ministère russe des Affaires étrangères.

    Et de souligner que les propos antirusses d'Alex Younger, tenus pendant sa conférence de presse du 8 décembre, ont attiré l'attention de Moscou.

    « Il semble que l'on arrive à un moment où les institutions fondamentales démocratiques empêchent les élites occidentales de diriger leurs pays d'une manière habituelle, empruntée depuis des décennies. En conséquence, les renseignements britanniques, coupés de toute réalité, tente de masquer leurs erreurs et leurs failles en se cachant derrière la thèse sur les machinations de forces extérieures. Ces messages emmènent de plus en plus souvent de dirigeants des services spéciaux occidentaux, notamment britanniques », indique le communiqué ministériel.

    Comme l'indique le département diplomatique, il est lamentable que ces dernières années le monde anglo-saxon se soit habitué aux accusations non fondées sur des preuves. Cette tendance est extrêmement dangereuse. « Tout le monde se rappelle comment sous le couvert de "preuves irréfutables", qui se sont avérées être de pures mensonges, a été déclenchée une guerre en Irak, que Londres avait alors soutenue. D'ailleurs, personne jusqu'à présent n'en a répondu ».

    « Des années sont passées, et nous voyons à nouveau comment le MI6 et ses curateurs d'outre-Atlantique pratiquent l'habituelle "chasse aux sorcières" au lieu de lutter contre les menaces et défis réels. Il est possible qu'ils ne comprennent pas bien qui est aujourd'hui le vrai ennemi. Ainsi, les États-Unis ne parviennent pas toujours à établir qui est terroriste et qui est le "combattant de la liberté" en Syrie. Ou il se peut qu'ils aient perdu leur aptitude au travail et cherchent à prouver leur nécessité », est-il souligné.

    Photo d'illustration
    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    « Quoi qu'il soit, il plus commode pour M. Younger d'effrayer sa propre population par la "menace russe" et les "guerres hybrides" que de faire face au terroristes et aux extrémistes. C'est dommage que certains services spéciaux occidentaux aient emprunté cette voie. Le retour à la réalité et le rétablissement de la confiance internationale, il faudra s'en occuper tôt ou tard », conclut le document.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Pour contrer la «menace russe», la Suède s'arme... dans ses musées!
    Menace russe? en Lettonie, 20 volontaires militaires prêts à se défendre jusqu’au bout
    «Ils sont si nerveux»: Poutine rappelle que l’armée russe ne menace personne
    Tags:
    terrorisme, menace russe, accusation gratuite, désinformation, MI6, Irak, Royaume-Uni, Russie, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik