International
URL courte
23613
S'abonner

Dans le contexte extrêmement tendu de la libération d'Alep et sur fond d’hystérie antirusse, France 2 a fait le pari de l'équilibre en diffusant hier un film du réalisateur Jean-Michel Carré, connu comme un critique acerbe du dirigeant russe. Le film «Poutine, le nouvel Empire» est consacré au retour de la Russie sur la scène internationale.

Dans le cadre d'une soirée spéciale Russie sur France 2, le film du réalisateur Jean-Michel Carré tranchait considérablement avec l'esprit général de la soirée. Si le message principal était que la Russie avait lancé son opération en Syrie pour faire de l'ombre aux États-Unis, le film de M. Carré était quant à lui beaucoup plus nuancé…

En effet, après plusieurs opus violemment hostiles à Poutine, notamment « Le Système Poutine » et « Poutine pour toujours », le réalisateur semble avoir mis de l'eau dans son vin concernant la politique extérieure de la Russie. Selon lui, cette dernière qui s'explique par l'échec flagrant des dirigeants occidentaux à diriger le monde. Jean-Michel Carré y justifie l'opération russe en Syrie par un contexte historique souvent ignoré en Occident.

Juste avant la diffusion de son film, le réalisateur a accordé une interview à Sputnik dans laquelle il explique sa décision de prendre ses distances avec son cap anti-Poutine initial.

« Pour moi, le plus flagrant c'est la responsabilité de l'Occident dans ce qui se passe aujourd'hui. Il n'y a pas que Poutine qui le dit. Beaucoup d'analystes le disent, même dans le film. Même un ancien ministre des Affaires étrangères comme (Hubert) Védrine, ou une académicienne comme (Hélène) Carrère d'Encausse », déclare-t-il.

Pour lui, la situation actuelle au Moyen-Orient trouve avant tout ses racines dans la guerre d'Irak lancée par les États-Unis, qui a fait un million de morts. Cette dernière a en outre poussé plusieurs militaires irakiens à s'enfuir vers d'autres pays, jetant les bases de ce qui serait par la suite connu comme l'Etat islamique.

« On peut comprendre qu'à un moment donné, Poutine, et c'est très clair dans son discours à l'Onu, dise qu'on ne peut plus laisser l'Occident gérer les affaires du monde de cette manière. Je ne peux pas me réjouir de ce qui se passe à Alep, mais en même temps je me dis: est-ce qu'il y avait vraiment une autre solution? Malheureusement, c'est une guerre avec toutes les horreurs que cela implique, mais ne mettons pas tout sur le dos de Poutine », conclut le réalisateur.

Il a également abordé le sujet de l'opération en Libye qui a débouché sur l'assassinat de Mouammar Kadhafi:

« Vladimir Poutine n'avait pas mis de véto car c'était pour une opération humanitaire (opération en Libye). Mais la France et l'Angleterre ont tout fait pour assassiner Kadhafi. Dans mon précédent film, Poutine disait: quelle que soit la personne, on n'a pas à la tuer sans avoir un jugement, et je trouve qu'il avait raison », explique-t-il.

Le réalisateur a déploré l'incapacité des médias occidentaux à fournir des informations fiables, notamment en couvrant la situation en Syrie.

« Ce qui est étonnant par rapport à l'information, c'est qu'on parle aujourd'hui des morts d'Assad et de l'aviation russe mais on ne parle jamais des morts imputables à la coalition. J'ai envie d'un vrai pluralisme de l'information. Ça ne me gêne pas aujourd'hui de venir à Sputnik. J'y ai d'autres informations. Ça m'a aidé aussi à comprendre des choses par rapport à la Russie. »

Selon lui, non seulement les médias n'essaient pas d'expliquer comment les choses se sont déroulées, mais en outre les journalistes n'ont plus le temps de livrer des analyses en profondeur et de réaliser des grands reportages.

Manque de chance, ce film plutôt inhabituel a été montré en fin d'émission: il s'est fini après minuit quand de nombreux téléspectateurs étaient déjà dans les bras de Morphée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

L’intox sur Sarkozy «écrasé» par Poutine de retour sur France 2
Obama emporté à son tour par la vague de paranoïa antirusse
La vidéo des habitants d’Alep «effrayés», un nouvel épisode dans la saga intox
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
Tags:
politique, médias, Mouammar Kadhafi, Vladimir Poutine, Jean-Michel Carré, Syrie, Alep, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook