International
URL courte
23620
S'abonner

Effrayée par l’idée que le Royaume-Uni cherche à obtenir de très bonnes conditions pour sa sortie de l’Union européenne, ce qui pourrait entraîner un effet domino et encourager d’autres États à quitter l’organisation, les 27 commencent à mettre des bâtons dans les roues de leur sœur ayant choisi de quitter le « nid familial ».

Jeudi, les leaders européens sont tombés d'accord sur la méthode à appliquer lors des négociations ultérieures sur le Brexit. Ils ont notamment convenu d'en finir assez vite et veulent rester soudés afin que la Grande-Bretagne n'obtienne pas un accord favorable.

La raison ? Elle est simple comme bonjour : il faut éviter à tout prix que personne, au sein de l'UE, n'ait envie de quitter ses rangs.

Lors d'un sommet à Bruxelles, en Belgique, la première ministre britannique Theresa May a déclaré jeudi aux dirigeants européens qu'elle envisageait de lancer la procédure de sortie conformément à l'article 50 du Traité de Lisbonne d'ici fin mars.

« Il est normal que les autres dirigeants puissent se préparer aux négociations comme nous nous y préparons », a-t-elle expliqué aux journalistes.

Londres a également demandé à conserver un accès au marché commun, sans toutefois respecter les règles communautaires dans le domaine de la libre circulation.

Les 27 ont quant à eux insisté sur le fait que le nouvel accord devra répondre aux droits et obligations de l'organisation et ont coupé court à cette proposition osée.

En outre, ils ont évoqué la création de formats destinés à parler du Brexit en l'absence totale des Britanniques.

Des fonctionnaires britanniques ont notamment annoncé qu'il serait possible d'arracher un accord de libre-échange à l'UE avant la sortie du Royaume-Uni de l'organisation, ce qui suscite cependant d'énormes doutes non seulement auprès des dirigeants européens mais également chez des Britanniques eux-mêmes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Brexit: les conditions de Merkel pour l'accès de Londres au marché de l'UE
«Vote leave»: le tabloïd The Sun a versé plus de 113.000 EUR pour promouvoir le Brexit
Un grand plan pour le Brexit dévoilé par erreur
La banque d'Angleterre dépense 100.000 livres pour une soirée après le Brexit
Tags:
Union européenne (UE), Theresa May, Royaume-Uni, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook