Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    Moscou bloque l’aide humanitaire pour Alep? Alors pourquoi l’Onu salue la coopération ?

    © REUTERS / Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    27420
    S'abonner

    Alors que Moscou appelle à envoyer de l’aide humanitaire aux civils d’Alep-Est, les conditions étant parfaites pour son acheminement, six pays ne réagissent que par des déclarations chaleureuses sur leur volonté d’aider les civils… Il n’y a que la Russie et la Syrie qui bloqueraient l’aide humanitaire. Une information pourtant démentie par l’Onu.

    Des représentants américains, britanniques, français, allemands et de diverses organisations internationales avaient demandé avec insistance ces dernières semaines d'admettre les convois humanitaires dans les zones d'Alep-Est contrôlées par les terroristes mais n’ont cependant envoyé aucune requête de fourniture d'aide humanitaire, affirme le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

    Les États-Unis, le Canada, l’Italie, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont publié une déclaration assurant que l'Onu est empêchée d'acheminer de l'aide humanitaire. Pourtant, si les civils d’Alep ne reçoivent aucune aide de la part de ces six pays, c’est qu’ils n’en envoient aucune, selon Moscou.

    « On nous accuse de dissuader le gouvernement syrien d'accepter un plan humanitaire de l'Onu. C'est faux — le gouvernement (syrien, ndlr) a donné son feu vert », a souligné le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    « Apparemment, cette aide était destinée à d'autres personnes vivant dans les quartiers d'Alep-Est », a reproché le général Konachenkov.

    M. Konachenkov a souligné que le Royaume-Uni n’avait pas envoyé un seul gramme de farine ni un seul comprimé.

    Actuellement, l'absence de terroristes des quartiers libérés est parfaite pour acheminer de l'aide humanitaire. Pourtant, ces six pays ne se dépêchent pas d’en livrer.

    « Où est donc coincée l’aide humanitaire du Royaume-Uni? Et s’il n’y a en réalité aucune aide humanitaire pour Alep, n’empêchez pas les autres d’aider » s’exclame le porte-parole du ministère russe de la Défense.

    « Actuellement, nous recevons toujours de l'aide de la part des militaires russes et nous espérons pouvoir surveiller et soutenir l'évacuation ultérieure », a annoncé aujourd'hui Jan Egeland, conseiller de l'Onu pour les affaires humanitaires en Syrie.

    « Aujourd'hui, la Russie nous a informés en détail du déroulement de l'évacuation. Ils (les représentants russes) ont confirmé que la Russie poursuivrait la supervision de l'évacuation, que ce serait une évacuation rapide, sans bureaucratie ni ingérence et sans risque pour les personnes évacuées », a-t-il souligné.

    Le conseiller a indiqué que du personnel et des véhicules de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) étaient sur place à Alep-Est aux côtés du Comité international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour faire sortir les malades, les blessés, les civils et les rebelles.

    La Russie appelle depuis des mois les institutions de l'Onu à s'engager dans la livraison d'aide humanitaire aux Syriens, y compris les résidents d'Alep.

    Depuis le début du conflit syrien, la Russie accorde une aide humanitaire conséquente au pays martyr. Vivres, médicaments… plus de 1 000 tonnes d'aide avec aussi des médecins et démineurs qui sont à pied d’œuvre pour soulager la population


    Lire aussi:

    «Atrocités» de l'armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées
    Onu: aucune preuve d’atrocités de l’armée syrienne sur les civils à Alep
    La Russie exhorte l’Onu à livrer de l’aide humanitaire aux Syriens
    Syrie : la Russie a livré plus de 1.000 tonnes d’aide humanitaire en 2016
    A Alep, les djihadistes «faisaient des fortunes grâce au trafic d’aide humanitaire»
    Moscou entraverait l’envoi d’aide humanitaire en Syrie? Mensonge!
    Aide humanitaire à Alep: la Défense russe répond aux accusations des Britanniques
    Tags:
    convois humanitaires, aide, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ONU, OMS, Jan Egeland, Igor Konachenkov, Sergueï Lavrov, Royaume-Uni, Canada, Syrie, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik