Ecoutez Radio Sputnik
    Académie française

    «Stratèges criminels de l'Otan», «ignorants au pouvoir»: l'Académie française surprise

    © Photo. wikipedia
    International
    URL courte
    261331
    S'abonner

    Le discours de l'écrivain français d'origine russe Andreï Makine, à l'occasion de son entrée à l'Académie française, a pris de court tant le public russe qu'étranger. L'écrivain a reproché aux États-Unis leurs actions dans les conflits au Proche-Orient et a accusé l'Otan d'avoir déclenché la guerre en Ukraine.

    Andreï Makine, écrivain français d'origine russe, ayant été élu à l'Académie française, a préparé une longue intervention pour la cérémonie de bienvenue et il ne s'est pas limité dans ses propos au côté littéraire. Il a insufflé le « charme russe » dans l'Académie, selon certains, dans un discours peu attendu.

    « Comme le ciel de l'entente franco-russe semblerait léger à côté de ces lourds nuages ! Serait-ce la raison pour laquelle le français, en Russie, n'a jamais été entaché par le sang de l'histoire ? », s'interroge-t-il d'abord. « Pourtant, le sang, hélas, a coulé entre nos deux pays et bien plus abondamment que dans les sables et les montagnes de l'Algérie. 75 000 morts en une seule journée dans la bataille de la Moskova, en 1812 ».

    Mais ce début est encore inoffensif. C'est ensuite que son discours devient intéressant.

    « Et la guerre froide où nos arsenaux nucléaires respectifs visaient Paris et Moscou. Et l'horrible tragédie ukrainienne aujourd'hui. Combien de cimetières, pour reprendre l'expression d'Assia Djebar (écrivaine algérienne, la première auteure nord-africaine élue à l'Académie française dont Andreï Makine reprend le siège, ndlr), les Russes auraient pu associer à la langue française ! Or, il n'en est rien ! En parlant cette langue nous pensons à l'amitié de Flaubert et de Tourgueniev et non pas à Malakoff et Alma, à la visite de Balzac à Kiev et non pas à la guerre fratricide orchestrée, dans cette ville, par les stratèges criminels de l'Otan », fustige M. Makine.

    Mais l'Alliance atlantique n'est pas la seule à être visée dans ces déclarations révélatrices. L'attitude face à la littérature des dirigeants d'aujourd'hui n'a pas non plus été passée sous silence.

    « Cette haute conception de la parole littéraire est toujours vivante sur la terre de France. Malgré l'abrutissement programmé des populations, malgré la pléthore des divertissements virtuels, malgré l'arrivée des gouvernants qui revendiquent, avec une arrogance éhontée, leur inculture. "Je ne lis pas de romans", se félicitait l'un d'eux, en oubliant que le bibliothécaire de Napoléon déposait chaque jour sur le bureau de l'Empereur une demi-douzaine de nouveautés littéraires que celui-ci trouvait le loisir de parcourir. Entre Trafalgar et Austerlitz, pour ainsi dire », s'indigne l'écrivain.

    « Ces arrogants incultes oublient la force de la plume du général de Gaulle, son art qui aurait mérité un Nobel de littérature à la suite de Winston Churchill. Ils oublient, ces ignorants au pouvoir, qu'autrefois les présidents français non seulement lisaient les romans mais savaient en écrire. Ils oublient que l'un de ces présidents fut l'auteur d'une excellente Anthologie de la poésie française ».

    Est-ce là une allusion à un président concret ?

    L'intervention de M. Makine a provoqué différentes réactions et a été soutenue entre autres par son collègue français Dominique Fernandez. Selon lui, le discours de l'écrivain d'origine russe a insufflé du « charme russe » à l'Académie, alors que l'écrivain lui-même est un symbole de l'amour sans compromis envers la Russie souvent noircie par des médias français.

    L'immigré soviétique, Andreï Makine, a vécu une trentaine d'années en France. Il a été élu membre de l'Académie française en mars 2016, mais a été officiellement accepté ce jeudi 15 décembre pour occuper la place laissée vacante par la mort d'Assia Djebar.

    M. Makine est né dans la ville de Krasnoïarsk. En 1988, il a déménagé en France et a commencé à publier ses textes sous un pseudonyme, les faisant passer pour des traductions du russe. En 1995, il a obtenu le Prix Goncourt et le Prix Médicis pour son roman « Le Testament français ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Macron et la Russie: réalisme politique ou posture électorale?
    Le Top 5 des armes russes les plus redoutées par l'Otan
    Des anti-atlantistes parmi les diplomates turcs auprès de l'Otan?
    L'Otan n’est pas prête à reprendre un dialogue avec la Russie dans le domaine militaire
    Tags:
    écrivains, discours, critiques, OTAN, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik