Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine (à gauche) et Barack Obama en Chine

    Pour Obama, la Russie est un petit pays qui vend du pétrole, du gaz et des armes

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    International
    URL courte
    19221201
    S'abonner

    Pour sa dernière conférence de presse de l’année, Barack Obama a décidé de s’offrir une charge en règle contre la Russie: tout en affirmant que 37% des électeurs républicains, traditionnellement anti-Poutine acharnés, soutiennent le président russe, il a qualifié la Russie de «petit pays» qui ne fait que vendre du pétrole, du gaz et des armes.

    Le président américain s'est bien lâché pour sa dernière conférence de presse de l'année à la Maison Blanche, mettant en cause son homologue russe pour les piratages informatiques qui ont perturbé l'élection présidentielle américaine et fustigeant l'implication de Moscou dans le conflit syrien. Mais, comme si de telles accusations ne suffisaient pas, M. Obama a décidé d'y aller avec l'insulte suprême : pour le président sortant, la Russie est un « petit pays ». Et vlan…

    Mais, en qualifiant la Russie de pays « petit et faible », le président américain sortant a affirmé lui-même qu'un grand nombre d'Américains, traditionnellement hostiles à la Russie, soutiennent le président russe.

    « Ce fut une étude après les élections, dans laquelle nous avons vu que 37 % des électeurs républicains soutiennent Poutine. Plus d'un tiers des électeurs républicains soutiennent Poutine, un ancien officier du KGB. Ronald Reagan se retournerait dans sa tombe », a-t-il déclaré Obama.

    Alors que la Maison Blanche continue d'incriminer les pirates russes et Vladimir Poutine, Craig Murray, un représentant de WikiLeaks et ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan, a auparavant confirmé avoir reçu les documents compromettant Hillary Clinton de la part d'un démocrate dégoûté par l'activité du parti.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Wikileaks: la fuite orchestrée par un membre du parti démocrate
    Chaîne US: Poutine personnellement impliqué dans les cyberattaques!
    Hier anti-Poutine acharné, le réalisateur Jean-Michel Carré met de l’eau dans son vin
    Le Monde craint «la cyberguerre de Poutine» à l’approche de la présidentielle française
    Tags:
    Vladimir Poutine, Barack Obama, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik