Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau syrien

    En Syrie, la France doit choisir entre «réalisme cynique» et «angélisme mortifère»

    © REUTERS / Omar Sanadiki
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)
    78652

    Le conflit syrien est source de débat politique en France: François Fillon s’est prononcé en faveur d’une discussion avec Damas, mais sa position a été critiquée au plus haut niveau. Or, si la France veut jouer un rôle dans le règlement syrien et contribuer à l’arrêt de la guerre civile, elle doit changer d’attitude.

    Quelques jours après la victoire décisive de Bachar el-Assad à Alep, les commentaires fusent aussi bien sur le sort du président syrien que sur la diplomatie qui a été adoptée pour faire face à la crise. En France, le candidat à la présidentielle de la droite et du centre François Fillon s'est déclaré partisan d'une « initiative diplomatique puissante » et est favorable à une discussion avec Bachar el-Assad. Le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, a pour sa part dénoncé le « cynisme glacial » de M. Fillon.

    La différence radicale d'approche sur le « dossier syrien » entre l'opposition et la majorité est évidente, confirme Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Sécurité de l'Europe.

    Le président François Hollande ne fait pas exception, « preuve en est avec les différentes initiatives de paix qui ont été prises, notamment celle de samedi dernier sous l'égide du ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, qui n'a invité qu'une seule partie des belligérants », a-t-il déclaré dans un commentaire à Sputnik.

    Et de souligner qu'une telle approche entravait la quête d'« une solution globale à cette crise qui a malheureusement trop longtemps duré ».

    Toutefois, l'absence d'autres acteurs majeurs du conflit, dont les Iraniens et les Kurdes, à cette réunion, « prouve qu'elle est littéralement incomplète », note-t-il.
    Explicitée vendredi, la position de François Fillon consiste à dire que pour trouver une solution on ne doit pas favoriser l'une ou l'autre des parties, mais associer tous les acteurs au conflit, poursuit l'expert.

    L'absence d'une voix unitaire au sein de l'UE l'empêche de « jouer son rôle de médiateur, se trouve marginalisée et se trouve de nouveau à faire des commentaires sur des négociations dans lesquelles elle ne sera pas associée volontairement », a en outre précisé Emmanuel Dupuy.

    Un débat franco-français et sans effet réel

    La division des hommes politiques français sur la Syrie est un débat surréaliste, l'attitude français sur ce pays proche-oriental n'ayant aucun rôle réel, constate dans une interview à Sputnik le député de l'Assemblée nationale Thierry Mariani.

    « On voit bien que Bachar el-Assad reste ou parte, ça ne dépend pas du gouvernement français. Toutes les négociations se font entre les Russes, les Américains et aussi avec les Iraniens et les monarchies du Golfe. C'est-à-dire que nous, on est vraiment supplétif. Donc c'est une discussion un peu surréaliste parce que je pense qu'en Syrie on se pose beaucoup de questions sur la commission américaine, beaucoup de questions sur le soutien russe et iranien mais franchement, à mon avis, la position française ne traumatise personne », a-t-il déclaré.

    Selon lui, les politiciens français font comme s'ils avaient de l'importance dans la région. Une illusion, estime M. Mariani.

    La position française n'a pas d'importance, car la stratégie choisie s'est avérée inefficace, juge-t-il.

    « C'est-à-dire à vouloir à la fois lutter contre les terroristes, renverser le régime d'Assad, ne pas envoyer de troupes et espérer que tout ça va être fait par l'opération du Saint-Esprit on finit par en réalité être totalement inefficace. C'est une discussion qui est franco-française qui à mon avis passionne la France, point final », a résumé M. Mariani.

    Entre « réalisme cynique » et « angélisme mortifère »

    Commentant la position de François Fillon sur la Syrie, Thierry Mariani a pointé qu'il était bien que quelqu'un en France ait enfin une position différente.

    « En réalité la vraie nouveauté c'est qu'avec François Fillon on a quelqu'un qui essaye de faire en sorte que la France change un peu sa stratégie. Et si on veut à nouveau exister il faut changer de stratégie. Après on peut appeler ça du réalisme cynique, mais moi je préfère à la limite du réalisme cynique que de l'angélisme mortifère parce que depuis cinq ans on fait de l'angélisme mortifère. C'est-à-dire qu'à vouloir mettre tous les anonymes sur le même plan finalement on a une guerre civile. Je rajoute que c'était aussi la stratégie américaine, là je ne fais pas le procès que de la stratégie française, je fais le procès de la stratégie occidentale. L'Occident, à vouloir à la fois lutter contre les terroristes, lutter contre Assad — conclusion : on a la guerre civile », a expliqué le sénateur.

    Pendant que différents pays occidentaux donnent des leçons de morale, les gens continuent à mourir en Syrie. Donc, « M. Fillon est le seul à avoir une position qui fasse un peu bouger les choses, qui est à mon avis conforme à la réalité parce que je fais partie de ceux qui pensent qu'en politique étrangère la première chose à prendre en compte c'est la réalité et pas ses souhaits », a conclu Thierry Mariani.

    Ainsi, tant que la mort de milliers de personnes sera perçue comme un simple « dossier syrien » sur lequel on doit avoir une position de principe, et non pas la tragédie d'un peuple qu'il faut résoudre, les choses n'évolueront guère. Le changement d'approche s'avère être décisif, y compris pour l'image de la France.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)

    Lire aussi:

    The Independent: à Alep, il y avait plus de propagande islamiste que d’information
    L'évacuation à Alep a enfin séparé l'opposition des terroristes
    Ahrar al-Cham convient avec la Russie et l’Iran de mener à bien l’évacuation à Alep
    Les informations sur les «crimes» de l’armée syrienne à Alep sont fausses
    Tags:
    solutions, réglement politique, politique, Emmanuel Dupuy, Jean-Marc Ayrault, Thierry Mariani, François Fillon, François Hollande, Alep-Est, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik