Ecoutez Radio Sputnik
    Les combattants quitteront Alep-Est sous condition

    Les combattants quitteront Alep-Est sous condition

    © REUTERS / Molhem Barakat
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    23544

    Alors que la deuxième étape de l'évacuation des combattants d'Alep est sur le point de démarrer, les combattants ne seront évacués de la ville qu'à une seule condition, selon l'accord conclu.

    Les autobus censés évacuer les combattants sont déjà sur place. Entre-temps, la télévision gouvernementale syrienne a annoncé que les combattants restant sortiraient de la partie est d'Alep à condition que 1 200 habitants soient évacués des localités d'Al-Foua et de Kefraya, assiégées par les terroristes, dans la province d'Idlib.

    « Conformément à l'accord, 1 200 personnes doivent quitter les villages d'Al-Foua et de Kefraya en échange du même nombre d'évacués des quartiers orientaux d'Alep, mais aucun groupe de combattants et leurs familles ne quittera Alep jusqu'à ce que les habitants d'Al-Foua et de Kefraya n'arrivent ».

    Ainsi, l'évacuation des combattants toujours présents à Alep va se dérouler parallèlement à l'évacuation des civils et des miliciens blessés de la province d'Idlib, selon la chaîne de télévision Al-Ekhbariya.

    Comme prévu, plus de 2 000 combattants et leurs familles vont quitter aujourd'hui les quartiers d'al-Sabadiya, de Salah el-Din, de Machhad et d'Ansari pour se diriger vers al-Rachidine dans l'ouest de la ville. Ensuite, les autobus devraient aller dans le quartier d'Ouroum, situé non loin de la frontière turque.

    Le passage de Ramousa dans le sud-ouest d'Alep, que les combattants empruntaient pour plus tôt dans la semaine pour quitter la ville, a été rouvert par les autorités. Plus de 75 véhicules ont été déjà acheminés sous le contrôle de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge syrien à Alep-Est.
    Un convoi d'autobus et d'ambulances est déjà arrivé à Al-Foua et à Kefraya.

    Les localités d'Al-Foua et de Kefraya sont encerclées par les djihadistes du Front al-Nosra depuis plus de trois ans. Environ 20 000 habitants y demeurent, assiégés.

    Ces deux localités de la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, souffrent de la pénurie des biens de première nécessité et on a signalé plusieurs décès dus à la famine. De même, plus de 2 000 personnes, dont à peu près 400 enfants, ont été tuées par les terroristes.

    Plus tôt dans la semaine, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a entamé, de concert avec les autorités syriennes, l'évacuation des combattants et des membres de leurs familles qui restent dans les quartiers orientaux de la ville d'Alep. Vingt bus et dix ambulances ont été réservés pour l'évacuation, qui est réalisée via un corridor spécial en direction de la ville d'Idlib. L'évacuation des civils s'est déroulée par la suite.

    Le 16 décembre, le Centre a annoncé la fin de l'opération qui avait permis d'évacuer plus de 9 500 personnes au total.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    «Des terroristes crucifiaient les gens». Libérés, les habitants d’Alep témoignent
    Les informations sur les «crimes» de l’armée syrienne à Alep sont fausses
    L’opération d'évacuation des combattants d’Alep est terminée
    Ahrar al-Cham convient avec la Russie et l’Iran de mener à bien l’évacuation à Alep
    Tags:
    conditions, civils, accord, combattant, évacuation, Croissant-Rouge, Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Alep-Est, Kefraya, Al-Fu'ah, Idlib, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik