Ecoutez Radio Sputnik
    Damas dévoile les preuves de l’utilisation du gaz moutarde en Syrie

    Damas dévoile les preuves de l’utilisation du gaz moutarde en Syrie

    © AFP 2017 Philipp Guelland
    International
    URL courte
    63142372

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimique (OIAC) commence désormais à prendre connaissances des preuves de l’utilisation d’une mine contenant du gaz moutarde en Syrie, un obus ayant tué 40 personnes.

    Les autorités syriennes ont déposé auprès des représentants de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimique (OIAC) des preuves de l’utilisation du gaz moutarde par les djihadistes dans la province syrienne d’Alep, a déclaré le porte-parole de l’organisme officiel syrien responsable pour l’implémentation de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques Samer Abbas.

    « Nous avons présenté tous les documents à la mission, ils ont été vérifiés et acceptés. La mission se rendra à nouveau en Syrie afin de récupérer des échantillons en vue d’analyses ultérieures », a-t-il indiqué.

    Il a précisé qu’il s’agissait d’échantillons recueillis par les experts du ministère russe de la Défense suite à l’utilisation, en septembre dernier dans la localité de Marat-Im-Hush (district Afrin, province d’Alep), d’une mine contenant du gaz moutarde.

    Jusqu’à présent, la mission n’a accepté que les documents nécessaires pour ouvrir l’enquête, alors que les échantillons restent en Syrie en attendant une situation financière propice à leur acheminement via un charter à La Haye. Le transfert est prévu pour janvier 2017.

    La mission de l’OIAC a été officiellement invitée par les autorités syriennes et exécute son travail depuis le 12 décembre. Elle inclut huit inspecteurs des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Australie, de Slovaquie et de Slovénie.

    Les inspecteurs n’ont fourni aucun commentaire après réception des documents.

    La mine qui a été utilisés par les terroristes pour attaquer des quartiers civils à Marat-Im-Hush a fait plus de 40 morts. Plusieurs blessés suite à cette attaque se font toujours soigner dans un hôpital militaire. Selon les médecins, ils ont des symptômes typiquement associés à l’effet des substances chimiques.

    Le gaz moutarde, dont l’invention remonte à l’époque de la Première Guerre mondiale, est internationalement interdit depuis 1923.

    Auparavant, les experts russes ont examiné plusieurs districts de la province d’Alep et y ont découvert des obus contenant du chlore et du phosphore blanc.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Ambassadeur de Syrie en Russie: l’opposition syrienne a bien recours à des armes chimiques
    Attaques chimiques en Syrie: Moscou sceptique sur l'enquête de l'Onu
    La France veut des sanctions contre les responsables d'attaques chimiques en Syrie
    La résolution sino-russe contre les attaques chimiques en Syrie présentée à l'Onu
    Tags:
    OIAC, phosphore blanc, chlore, gaz moutarde, armes chimiques, Samer Abbas, Alep, Royaume-Uni, États-Unis, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik