International
URL courte
11230
S'abonner

Le président sortant américain Barack Obama et l’ex-commentatrice de CNN et présidente du Comité national du Parti démocrate Donnal Brazile, insistent tous les deux sur «les cyberattaques russes» contre les ordinateurs américains, en se contredisant néanmoins.

Les propos de la présidente du Comité national du Parti démocrate Donna Brazile sur « les cyberattaques russes » contre les ordinateurs américains contredisent les déclarations du président sortant américain Barack Obama à ce sujet. La chaîne américaine ABC a pointé du doigt cette contradiction.

Le président sortant et la responsable démocrate ne mettent pas en cause l'existence de ces « cyberattaques ». Mais leurs points de vue divergent au sujet de leurs délais.

En évoquant cette question dans l'émission « Cette semaine » (This Week) sur ABC News, Mme Brazile a indiqué que les attaques des hackers russes contre le système informatique du parti s'étaient poursuivies de façon permanente jusqu'à la fin de l'élection présidentielle.

De son côté, M. Obama vient de déclarer que « les cyberattaques » ont cessé depuis son entretien en septembre avec le président russe Vladimir Poutine.

Des propos contradictoires. Mais pourquoi cela ? Les responsables américains sont peut-être si effrayés par le sujet qu'ils se contredisent l'un l'autre…

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Les USA semblent céder face aux menaces de Duterte
La Chine décide de rendre le drone sous-marin intercepté aux USA
Obama convaincu que l’approche des USA en Syrie est la meilleure
Inquiétés par Duterte, les USA privent les Philippines de leur aide
Tags:
informatique, Vladimir Poutine, Barack Obama, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook