Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    WikiLeaks dément toute collaboration avec Moscou

    © REUTERS / Peter Nicholls
    International
    URL courte
    7153

    Selon le père fondateur du projet WikiLeaks Julian Assange, les autorités russes n'ont rien à voir avec le piratage des courriels du Parti démocrate américain.

    Dans un entretien avec Sean Hannity sur les ondes de la radio WOR, M. Assange a déclaré que le gouvernement russe n'était pas derrière les fuites des courriels provenant du Comité national démocrate et du chef de la campagne présidentielle d'Hillary Clinton John Podesta.

    « Le gouvernement russe n'est pas notre source. Ces documents ne proviennent pas d'un État », a affirmé Julian Assange.

    A la question de savoir si les secrets d'État américains étaient selon lui assez sécurisés, il a répondu que rien ne pouvait être considéré comme étant « assez sécurisé » aujourd'hui.

    « Les systèmes informatiques sont devenus tellement complexes qu'il est impossible d'en comprendre toutes leurs parties, sans parler de les sécuriser », indique M. Assange.

    À l'approche de l'élection présidentielle américaine du 8 novembre 2016, le portail WikiLeaks a rendu publics des milliers de documents sur l'équipe de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton piratés du compte Gmail de son chef de campagne John Podesta.

    Par la suite, un rapport de la CIA cité par le Washington Post a accusé la Russie d'avoir pesé sur l'issue du vote de l'élection présidentielle américaine en piratant des emails des démocrates durant la campagne.

    L'équipe de Donald Trump a immédiatement rejeté les conclusions de la CIA, jugeant que les analystes « sont les mêmes que ceux qui disaient que Saddam Hussein disposait d'armes de destruction massive ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Wikileaks va-t-il bouleverser le résultat des élections américaines ?
    Courriels de Clinton: le site de WikiLeaks victime d'une attaque DDoS
    WikiLeaks: les démocrates auraient choisi les questions de CNN à Trump
    Tags:
    sécurité informatique, courriels piratés, fuites, WikiLeaks, John Podesta, Julian Assange, Hillary Clinton, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik