International
URL courte
12390
S'abonner

Les États-Unis ont annoncé la prochaine restitution au Japon de plus de 4.000 hectares de terrain situés à Okinawa, archipel subtropical qui abrite plusieurs sites militaires américains.

Il s'agit de la plus importante restitution de terres au gouvernement nippon depuis 1972, qui doit réduire de 17 % la surface totale des terres administrées par l'armée US dans cet archipel, selon un communiqué diffusé par le lieutenant-général Jerry P. Martinez, commandant des forces armées américaines au Japon.

Les terres restantes devraient être restituées « dans les années à venir », promet le lieutenant-général.

L'archipel d'Okinawa, qui représente moins de 1 % du territoire nippon et qui est situé à un emplacement stratégique, abrite environ 25 000 soldats américains, ainsi que leurs proches, soit la moitié de la présence américaine sur le territoire japonais. Cette cohabitation est cependant mal perçue par les habitants locaux qui se plaignent de nuisances sonores quotidiennes, des risques d'accidents et y voient une porte ouverte à la criminalité.

Selon les statistiques de la police locale, près de 5 900 délits et crimes ont été commis par les militaires et le personnel des bases américaines dans la préfecture d'Okinawa entre 1972 et 2015, dont 26 meurtres, 139 viols et près de 400 cambriolages.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Le gouverneur d'Okinawa défie Tokyo et Washington
Okinawa révoque officiellement le transfert d'une base US
Okinawa refuse d'accueillir une nouvelle base US
Okinawa refuse de se sacrifier au nom de la sécurité du Japon
Tags:
occupation, restitution, Jerry P. Martinez, États-Unis, Okinawa, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook