Ecoutez Radio Sputnik
    Barack Obama

    Bloomberg: la Russie a été la 1ere à comprendre qu’on pouvait négliger les USA

    © REUTERS / Carlos Barria
    International
    URL courte
    521263
    S'abonner

    Les États-Unis perdent de leur influence ce qui est le résultat direct de la politique incohérente du président américain sortant, estime le média américain.

    L’un des principaux résultats de la présidence de Barack Obama est le sentiment que les États-Unis ne sont plus la puissance dominante. Dans les conditions actuelles, Washington peut être négligé, lit-on sous la plume de l’observateur de Bloomberg Leonid Berchidski sur le site de l’agence.

    La Russie se trouve à l’avant-garde de cette nouvelle tendance : cette semaine, les ministres russe, iranien et turc des Affaires étrangères se sont réunis à Moscou afin de discuter de la situation en Syrie. Les États-Unis n’ont pas été invités, indique le journaliste.

    Au terme de cette rencontre, les ministres ont adopté une déclaration selon laquelle leurs pays se disent prêt à servir de garant de l’accord entre le gouvernement syrien et l’opposition. La déclaration précise notamment que tout autre pays « capable d’influencer la situation en Syrie » peut se joindre à cette initiative.

    Selon l’observateur, de tels appels ont été régulièrement pratiqués par les États-Unis eux-mêmes depuis le moment où la guerre froide a été remplacée par la Pax Americana. Aujourd’hui, trois pays du monde ont compris qu’ils avaient suffisamment de force pour prendre l’initiative dans la région où règne probablement la plus importante menace pour l’Occident : l’État islamique (Daech).

    « La Russie n’est pas opposée aux négociations avec les États-Unis et elle en a à maintes reprises menées en discutant de la Syrie avec Washington. Mais cela n’a pas marché, l’administration Obama n’étant jamais unie sur la question concernant la possibilité de dialoguer avec Poutine », remarque le journaliste.

    Dans sa récente intervention, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a souligné que la Russie et les États-Unis restaient en contact, mais qu’à chaque fois que Moscou et Washington concluaient un accord les Américains ne respectaient pas leurs engagements et se mettaient à faire la morale. De ce fait, la Russie cherche des routes de contournement avec d’autres acteurs du Proche Orient dont le mécanisme de prise de décisions est plus compréhensible.

    « La Turquie, l’Arabie saoudite et Qatar ne doivent pas trahir les États-Unis pour négocier avec Moscou directement. Et ils ne ressentent pas la nécessité d’associer les États-Unis au dialogue ».

    Un autre argument est le Brexit que les Britanniques ont voté en boudant les États-Unis avec leurs mises en garde. Désormais, le nouveau gouvernement du Royaume, un allié clé de l’Amérique en Europe, continue à négliger les intérêts des États-Unis, maintenant l’incertitude quant au futur accord avec l’Union européenne. La majorité des autres membres de l’UE sont encore moins pro-américains que le Royaume-Uni et l’influence des États-Unis tend à diminuer.

    L’aspiration grandissante globale à prendre ses distances de Washington est le résultat direct des incohérences d’Obama dans sa politique extérieure. Il la qualifie d’« orienté vers les valeurs », alors que la majorité des pays du monde ne partagent pas ces valeurs, soupçonnent les USA de jouer double jeu et les accusent d’arrogance.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Washington fait la sourde oreille à la joie d'Alep libérée
    «Washington n’est pas capable de renoncer à sa mauvaise politique extérieure»
    Moscou: Washington fait volte-face dans les discussions sur Alep
    Tags:
    Etat islamique, Sergueï Lavrov, Barack Obama, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik