International
URL courte
Meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie (45)
261024
S'abonner

Mevlüt Mert Altintas, qui a assassiné le 19 décembre l’ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov, avait toutes les chances de devenir un garde du corps du Recep Tayyip Erdogan. Policier, il avait passé avec succès un examen d’admission, mais sa candidature avait été rejetée en raison de l’absence d’expérience solide au sein des forces de l’ordre.

L'assassin de l'ambassadeur russe a failli devenir garde du corps du président turc Recep Tayyip Erdogan, écrit le journal Hurriyet, se référant à la sœur de l'agresseur, Seher.

Mevlüt Mert Altintas et son ami « ont réussi l'examen à Ankara pour devenir gardes du président. Toutefois, comme ils avaient occupé le poste d'officier de police pendant moins d'un an, leurs candidatures ont été rejetées. Heureusement, ils ne sont pas devenus gardes du corps du président », a-t-elle déclaré, citée par le journal.

La jeune femme assure que sa famille n'avait jamais été religieuse, mais pendant ses études à l'école de police son frère avait changé et s'était mis à prier cinq fois par jour. « Il buvait de l'alcool, personne ne l'a jamais forcé à lire le Coran ou à prier, nous ne sommes pas une famille de ce genre… On lui a lavé le cerveau et il a commencé à s'éloigner de nous. On dit que nous l'avons élevé ainsi. Nous ne l'avons pas fait. Il ne parlait pas arabe », avoue-t-elle.

Elle dit qu'un certain S., colocataire et camarade de fac de Mevlüt, a beaucoup influencé son frère. Seher nie tout lien entre son frère et l'organisation du prédicateur Fethullah Gülen, hypothèse privilégiée par les autorités turques.

La sœur de l'assassin avoue que la famille a refusé de recevoir sa dépouille. « Maman dit qu'elle aurait préféré le voir tué en héros. Au moins elle en aurait été fière. Notre décision familiale est celle de ne pas accepter le corps. Oui, c'est mon frère et ceci me fait de la peine, il n'a toujours pas été enterré, mais nous ne voulons pas. Il n'a pas pensé à nous. À quel point était-il aveugle ? Je visualise la vidéo de l'assassinat sans son, car je ne veux pas entendre sa voix. Mais je vois que son comportement était bizarre », a conclu la sœur de Mevlüt Mert Altintas.

Mevlut Mert Altintas, 22 ans, membre d'une unité de la police d'élite turque, a tiré dans le dos de l'ambassadeur de Russie en Turquie Andreï Karlov le 19 décembre dernier, alors que ce dernier inaugurait une exposition photo intitulée La Russie vue par les yeux des Turcs dans une galerie d'art moderne d'Ankara.

Selon les témoins, en attaquant l'ambassadeur, l'assaillant a crié « Allahu akbar » et évoqué une « vengeance pour Alep ». Mevlut Mert Altintas a été éliminé au cours d'une opération policière lancée suite à l'attaque. Le diplomate a succombé à ses blessures. Deux autres personnes ont été blessées lors de l'attaque. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi que l'assassinat de l'ambassadeur russe était avant tout un attentat contre la Russie et contre les relations bilatérales russo-turques. Il n'a pas exclu un risque d'infiltration d'« éléments destructifs »au sein des structures étatiques turques, y compris au sein de la police. Le leader russe a souligné qu'il n'avait pas le droit d'accuser qui que ce soit, mais a constaté que c'était un fait évident.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Meurtre de l'ambassadeur russe en Turquie (45)

Lire aussi:

Meurtre de Karlov: l’ambassadeur russe aux USA remercie les Américains
Сérémonie d'adieu à Andreï Karlov au ministère russe des Affaires étrangères (vidéo)
Andreï Karlov, Héros de la Russie à titre posthume
Diplomate iranien: les opposants à la libération d’Alep derrière l’assassinat de Karlov
Tags:
meurtre, islam, police, FETO, Mevlut Mert Altintas, Fethullah Gülen, Andreï Karlov, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook