Ecoutez Radio Sputnik
    La ville syrienne d'al-Bab

    Qui porte le fardeau le plus lourd dans la lutte contre Daech à al-Bab?

    © REUTERS / Khalil Ashawi
    International
    URL courte
    Lutte contre Daech à Al-Bab (2016) (25)
    19284
    S'abonner

    500 soldats ont été déployés en renfort à al-Bab dans le cadre de l'opération menée par les forces turques et par l'Armée syrienne libre. L'ancien militaire turc Abdullah Ağar a détaillé pour Sputnik la configuration des forces dans la zone.

    Lundi, l'État-major turc a annoncé le déploiement d'un renfort de 500 militaires appartenant aux forces spéciales turques en soutien de l'armée régulière turque et de l'Armée syrienne libre (ASL) dans la ville d'al-Bab. Le journal turc Yeni Şafak fait également état de 1 400 combattants de l'ASL qui y ont été déployés après avoir fui Alep.
    Abdullah Ağar, ex-militaire et expert en matière de défense lève le voile sur la situation à al-Bab où les combats se poursuivent entre les terroristes de Daech d'un côté et l'armée turque et l'ASL de l'autre.

    « Bien que les soldats de l'ASL soient chargés de fonctions concrètes dans le cadre de l'opération, ils ne sont pas engagés sur le champ de bataille aux moments critiques puisque cela pourrait entraîner l'échec de toute l'opération — en premier lieu à cause de la structure spécifique peu coordonnée de l'ASL. Par conséquent, ce sont les unités turques qui portent le plus lourd fardeau de la lutte anti-Daech à al-Bab », estime l'expert.

    Dans le même temps, l'opération est encore compliquée par de nombreux autres facteurs.

    « Premièrement, c'est lié à la présence de la population civile dans la ville et dans ses abords. Ensuite, les attentats régulièrement organisés par les djihadistes qui se défendent alourdissent la situation ».

    La Turquie est située en première ligne d'une guerre sur plusieurs fronts et à plusieurs niveaux dont l'épicentre se trouve actuellement à al-Bab. Daech en tient aussi compte et y fait parvenir des renforts de Mossoul et de Raqqa.

    Les terroristes tentent de se retrancher dans la zone en intensifiant la propagande et en poursuivant les civils comme des boucliers humains.

    « A al-Bab, les djihadistes de Daech utilisent chaque rue, chaque maison comme une position armée », explique M. Ağar. « De plus, ils se servent activement de la stratégie du bouclier humain et dans le même temps transforment les affrontements en une source de propagande, diffusant des désinformations sur "les meurtres de la population arabe par les militaires turcs" ».

    La ville d'al-Bab, située à 30 km au nord-est d'Alep, a été prise par Daech en novembre 2013, les terroristes y imposant la charia et se livrant à des exactions qui ont fait fuir nombre d'habitants, dont la minorité chrétienne.

    Depuis le 24 août, les militaires turcs mènent l'opération terrestre Bouclier de l'Euphrate dans le nord de la Syrie. Le but initial de la mission était de chasser les terroristes de ce territoire de 5 000 kilomètres carrés afin d'y créer des zones sécurisées pour les réfugiés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Lutte contre Daech à Al-Bab (2016) (25)

    Lire aussi:

    Erdogan: les jours de Daech dans la ville d’Al-Bab sont comptés
    L'Armée syrienne libre appuyée par Ankara entre dans la ville syrienne d'al-Bab
    Amis jurés: les États-Unis ne soutiennent pas l’opération turque à al-Bab
    Tags:
    militaires, déploiement, lutte antiterroriste, Armée syrienne libre (ASL), Etat islamique, Turquie, al-Bab, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik