Ecoutez Radio Sputnik
    Fosses communes, corps mutilés, mines antipersonnel: le paysage d’Alep-Est libéré

    Fosses communes, corps mutilés, mines antipersonnel: le paysage d’Alep-Est libéré

    © AFP 2019 LOUAI BESHARA
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    12361
    S'abonner

    Les images terrifiantes d’Alep-Est découvertes après la libération de la ville éclaboussent maints reportages diffusés par les médias mainstream sur le caractère modéré des soi-disant rebelles qui occupaient les quartiers est de la ville.

    Une nouvelle fosse commune a été découverte à Alep-Est, pleine de corps mutilés et d'explosifs cachés dans des jouets pour enfants, ce qui remet en question la qualification de « rebelles modérés » plébiscitée par les médias mainstream pour désigner les terroristes qui n'avaient soi-disant d'autre moyen que la terreur pour convaincre la population locale, témoigne l'édition en ligne TheDuran, citant le porte-parole de la Défense russe Igor Konachenkov.

    « Presque tous les objets civils qui pouvaient être minés étaient piégés : les rues, les bâtiments de service, les voitures, les motos couchées le long de la route, et même les jouets pour enfants », a indiqué M. Konachenkov.

    Ces actes inhumains ne peuvent pas être considérés, comme le faisaient certains officiels allemands, américains, britanniques ou français, dont Barack Obama, Angela Merkel ou David Cameron, comme un moyen de lutte contre le gouvernement syrien légitime.

    Pour les auteurs de l'article, décapiter un garçon de 12 ans, vendre les personnes violées, torturer les civils, extraire puis manger crus le cœur et le foie des soldats de l'armée régulière n'a bien évidemment rien à voir avec la modération. C'est même très loin des crimes de guerre « ordinaires ».

    Alors, pourquoi ces accusations contre la Russie et l'armée syrienne, qui ont libéré Alep, de la part de Samantha Power, ambassadrice des États-Unis à l'Onu, se demande TheDuran.

    Le président syrien Bachar el-Assad, lui, ne s'est pas rabaissé jusqu'à jeter les terroristes abattus dans des fosses communes, mais les a amnistiés (un geste un peu naïf, peut-être?) pour qu'ils puissent quitter la ville, témoin direct de leurs exactions.

    Pour Adam Garrie, l'auteur de l'article, il faut arrêter de qualifier la libération d'Alep de désastre, comme cela a été le cas avec l'ex-Yougoslavie, l'Irak et la Libye, en oubliant que les terroristes représentaient le véritable ennemi dans la région.

    Au final, les soi-disant crimes du président syrien contre son propre peuple peuvent être placés sur le même plan que les stocks d'armes de destruction massive chez l'ancien numéro un irakien Saddam Hussein, pure mythe qui provient, une fois n'est pas coutume, des mêmes « auteurs », conclut TheDuran.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    Alep: des charniers de civils découverts dans des quartiers libérés des combattants
    Pierre Le Corf sur Alep-Est: beaucoup de médias vont se retrouver «en panne d'arguments»
    L’aide humanitaire de Docteur Liza est arrivée sur la base de Hmeimim
    Tags:
    civils, médias mainstream, rebelles, fosses communes, armes de destruction massive, TheDuran, Saddam Hussein, Bachar el-Assad, Adam Garrie, Igor Konachenkov, David Cameron, Angela Merkel, Barack Obama, Samantha Power, Alep, Alep-Est, Libye, Yougoslavie, Irak, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik