Ecoutez Radio Sputnik
    Bagdad se donne trois mois pour écraser Daech

    Bagdad se donne trois mois pour écraser Daech

    © AP Photo / Susannah George
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    5340

    L’Irak évoque les termes de la victoire sur l’État islamique sur fond de l’idée de la Russie de créer une nouvelle coalition multinationale pour renforcer la lutte antiterroriste au Proche-Orient.

    Un terme de trois mois est nécessaire pour faire tomber le groupe terroriste État islamique, a déclaré le premier ministre irakien Haïder al-Abadi.

    « L'Irak a besoin de trois mois pour éliminer l'EI dans le contexte actuel », a affirmé le chef du gouvernement irakien dans une interview accordée à une chaîne de télévision locale.

    En décembre 2015, Haïder al-Abadi avait espéré que l'année 2016 serait marquée par une victoire finale sur Daech.

    L'objectif formulé par Bagdad serait d'autant plus réalisable si l'idée formulée par Moscou selon laquelle seule une lutte conjointe et multipartite peut assurer la victoire finale sur le terrorisme au Proche-Orient était appliquée.

    Ce principe est notamment basé sur l'expérience peu efficace de la coalition anti-Daech, dirigée par Washington. Les pauses longues et récurrentes dans les offensives des troupes de la coalition vers Mossoul et Raqqa permettent aux djihadistes soit de regrouper leurs forces, soit de fuir vers Palmyre, ce qui entraîne une hausse des hostilités et des victimes parmi les civils. Les activités de la coalition ont par ailleurs été reportées au printemps de 2017.

    Vladimir Poutine, de son côté, prône toujours la création d'un front antiterroriste conjoint avec toutes les parties concernées, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Irak, la Turquie, l'Iran et les pays-membres de l'Union européenne qui ont envoyé des troupes en Irak dans le cadre de la coalition anti-Daech contre toutes sortes de groupements terroristes déployés au Proche-Orient, dont ceux de l'État islamique et du Front Fatah al-Cham.

    Pour le leader russe, les extrémistes représentent une menace pour toute l'Europe et notamment pour les pays-membres de l'UE, c'est pourquoi les efforts de la nouvelle coalition antiterroriste au Proche-Orient doit revêtir un caractère uni et efficace.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    La situation à Palmyre liée au manque de coordination internationale, selon Poutine
    Comment sera le monde après la libération d'Alep?
    Un front Moscou-Ankara-Téhéran pour anéantir le terrorisme
    Tags:
    civils, offensive, premier ministre, victoire sur le terrorisme, lutte antiterroriste, Union européenne (UE), Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra), Etat islamique, coalition anti-Daech, Haïder al-Abadi, Vladimir Poutine, Damas, Syrie, Alep, Palmyre, Raqqa, Mossoul, Proche-Orient, France, Royaume-Uni, Washington, États-Unis, Turquie, Iran, Moscou, Russie, Bagdad, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik