Ecoutez Radio Sputnik
    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Archive photo

    Sergueï Lavrov dévoile les axes majeurs de la politique extérieure russe

    © AFP 2019 Filippo MONTEFORTE
    International
    URL courte
    3621
    S'abonner

    Le chef de la diplomatie russe a encore insisté sur la nécessité d’efforts communs dans le renforcement du partenariat entre Washington et Moscou et dans la lutte antiterroriste en Syrie en toute conformité au droit international.

    La Russie s'avère prête à travailler avec le président élu américain et son équipe en matière de règlement de la crise entre les deux pays, survenue indépendamment de la volonté de Moscou, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview accordée à RIA Novosti.

    « Bien évidemment, nous avons perçu d'une manière positive la position de Donald Trump en faveur de la normalisation du dialogue avec la Russie, l'une de ses idées clé lors de la présidentielle américaine », a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

    Selon lui, ce sujet a été notamment évoqué lors de l'entretien téléphonique entre les deux dirigeants le 14 novembre dernier.

    « La Russie est prête à travailler dans différents formats, sans pour autant brusquer les choses, vu que Donald Trump est actuellement préoccupé par la formation de sa nouvelle équipe », a expliqué M. Lavrov, ajoutant que l'organisation de la rencontre au sommet nécessitait un temps spécifique et qu'il fallait attendre le 20 janvier 2017, date officielle de l'investiture du président élu des États-Unis.

    Sergueï Lavrov a également déploré la baisse de notoriété du G8, moins utile qu'auparavant dans un contexte politique qui ne cessent de changer, soulignant que ce n'était pas la Russie qui avait quitté le groupe. En outre, certaines pays-membres de l'ancien G8 « se sont piqués du virus antirusse ». De ce fait, toutes les propositions de Moscou auprès de la Banque mondiale ont toujours été bloquées par d'autres membres du G8.

    « Les discussions de plusieurs questions clé du monde actuel ont été transformées en format G20, beaucoup plus représentatif, avec la participation de pays en voie de développement. Et le dernier sommet du G20 à Hangzhou sous la présidence de Pékin a montré son efficacité », a reconnu le ministre russe.

    Pour lui, les institutions du type Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et BRICS sont montées en puissance.

    « Nous sommes persuadés que le travail commun avec nos partenaires dans ces institutions, appuyé sur le droit international et la Charte des Nations unies, répond aux exigences de nos peuples et favorise le passage à des initiatives positives et unificatrices à l'échelle mondiale et régionale », a notamment affirmé le chef de la diplomatie russe.

    Pour cela, Moscou a toujours appelé à dresser des contacts des plus étroits entre les ministères de la Défense russe et américain pour résoudre le conflit en Syrie. Ainsi, d'après M. Lavrov, malgré toutes les déclarations de Barack Obama affirmant que la lutte antiterroriste nécessite des efforts appropriés, « Washington a toujours été lent à réagir aux initiatives du Kremlin, notamment concernant l'échange d'informations sur les coordonnées des positions de Daech, tout en faisant remarquer que Moscou effectuer des frappes qui rataient ».

    De plus, « les partenaires avaient honte d'accepter un partenariat militaire direct avec Moscou » en ce qui concerne le conflit syrien. Le ministre russe a évoqué l'exemple du Centre russo-américain de notification rapide à Genève, qui avait fonctionné de mars à juillet 2016, déplorant l'existence de « traces » relevant de la guerre froide dans la conscience de certains membres de l'administration Obama.

    Ensuite, les frappes aériennes « vicieuses » de la coalition anti-Daech du 19 septembre 2016 sur la ville de Deir ez-Zor dans l'ouest de la Syrie, qui ont tué 62 militaires syriens, ont fait avorter la création du groupe conjoint exécutif russo-américain, conçu pour harmoniser les activités des forces aérospatiales de la Russie et de la coalition pour accentuer des frappes conjointes contre les positions de l'État islamique.

    « Le 18 décembre, le secrétaire d'État américain John Kerry dans une interview accordée au Boston Globe a ouvertement reconnu que c'était bien des membres du gouvernement américain, qui étaient catégoriquement contre le partenariat avec la Russie, qui étaient les premiers coupables de l'échec de la création du groupe conjoint exécutif », a rappelé Sergueï Lavrov.

    D'après lui, il relève du choix de Washington de ne finalement pas avoir procédé à la distinction des terroristes des soi-disant « modérés ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Russie se tournera vers l'Occident s'il cesse de la diaboliser
    Quand les USA appellent la Russie à «respecter ses engagements» en Syrie…
    Le sommet du G20 est la dernière chance pour Obama de négocier avec Poutine
    Tags:
    Charte des Nations unies, équipe, lutte antiterroriste, diplomatie, frappe aérienne, coalition anti-Daech, G8, Organisation de coopération de Shanghai (OCS), BRICS, G20, ONU, RIA Novosti, Etat islamique, Donald Trump, John Kerry, Sergueï Lavrov, Barack Obama, Hangzhou, Genève, Washington, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik